À vos marques, prêts, mangez !

J – 4 : 306 épreuves, 206 pays, 37 arènes. Oui, les Jeux Olympiques commencent vendredi. Mais, rassurez-vous, notre analyse s’arrêtera ici. Nous, ce que l’on préfère, c’est savoir ce que nos athlètes vont déguster.

Sans titre

Il est vrai que nos connaissances de la cuisine brésilienne s’arrêtent au niveau de notre verre de Caïpirinha ! Pourtant, ce beau pays de près de 15 fois la France offre une cuisine plus que séduisante grâce aux influences de ses régions et leurs histoires migratoires (portugaises, italiennes (si, si !), argentines, africaines ou même indiennes du côté de l’Amazonie). En tout cas, nous, on a fait notre menu spécial JO.

Petit déjeuner de champion : Le Pao de Queijo.
Accompagné d’un café noir et d’un fruit tropical, ce petit pain rond au fromage « meia cura » (moyennement affiné) est incontournable pour se lever du bon pied.

Pause vitaminée : Le jus d’Açaí.
Petite baie aujourd’hui mondialement connue, est considérée comme un remède aux maux de tous les jours.  Notre préférence va pour le jus vendu à la plage sous forme de sorbet, mélangé à de la banane, à du sirop de guarana et des céréales.

Midi copieux : La Feijoada.
Plat référence du Brésil similaire au ragoût et cousine de notre cassoulet, la feijoada est un plat typiquement portugais qui se compose de haricots noirs, de bœuf et de porc servis avec du riz et des quartiers d’oranges.

Petit creux : Le Cuscus. (Juste parce que l’on adore le nom)
Oubliez ce que vous connaissez du couscous traditionnel, ici c’est un gâteau de semoule de maïs, fourré aux crevettes et aux sardines, avec des morceaux de légumes.

Pour oublier la compétition : La batida de coco.
Cette boisson qui sent bon le soleil est un savoureux mélange de cachaça, de lait de coco et de lait concentré sucré. « Saúde! » comme on dit au Brésil!

Diner (plus) léger : La Vatapá.
Place au poisson et crustacés baignés dans une pâte crémeuse à base de mie de pain ou de farine de blé, le tout assaisonné de lait de coco, gingembre, noix de cajou et épices.

Et farandole de desserts : (parce que choisir c’est renoncer)
– Pudim : petits flans laiteux et sucrés.
– Pé de Moleque : une sucrerie à base de cacahuètes et de caramel, petit sœur de notre nougatine.
– Romeo e Julieta : pâte de goyave qui se déguste avec du fromage.
– Quindim : similaire à notre crème anglaise nationale, ce dessert se compose de sucre, de jaunes d’œufs et de noix de coco râpée.

Voilà, une fois que vous aurez goûté à tout ça, vous serez vous aussi une sorte d’athlète olympique !

Chloé.R