All posts by Quentin

Aubergines asiatiques

Les ingrédients

4 Aubergines violettes, longues et fines

1 gousse d’ail

2 cm de racine de gingembre

Coriandre

Ciboulette

2c à soupe sauce soja

2c à soupe d’huile de tournesol

1c à soupe d’huile de sésame

 

Lavez, essuyez les aubergines, coupez les en 3 tronçons, puis recoupez chaque tronçon en 4 ou en 2, selon leur taille.

Pelez et hachez le gingembre et l’ail.

Versez l’huile de tournesol dans un wok, ou une sauteuse, et faites revenir l’aubergine à feu vif 5 min. Baissez sur feu moyen et ajoutez le gingembre et l’ail hachés, mélangez, couvrez et poursuivez la cuisson pendant 7 min.

Retirez le couvercle, augmentez le feu, puis ajoutez la sauce soja et mélangez. Stoppez la cuisson, ajoutez un filet d’huile de sésame. Lavez et séchez les herbes. Parsemez le wok de coriandre ciselée et de ciboulette thaïe en petits tronçons.

Le cocktail pairing, qu’est-ce que c’est ?

Ce phénomène est une véritable expérience gustative. Voilà de quoi changer du classique accords mets et vins que l’on retrouve souvent dans les bonnes tables.

Lorsque l’on parle de cocktail pairing dans le milieu de la restauration, les bartenders prennent le rôle de chef ou du moins deviennent le binôme direct du chef.

Pas facile d’accorder un plat avec un cocktail car beaucoup d’arômes et de saveurs se confrontent sur le palais de l’aventurier goûteur. L’équipe étant avide de nouvelles expériences culinaires, nous avons sélectionné 2 restaurants où il est possible de tester le cocktail pairing à Paris.

Si vous avez un as du cocktail sous la main, on dévoile aussi quelques mariages qui font bon ménage.

                         

sources: pinterest et Opn

Ou peut-on découvrir le cocktail pairing à paris ?

On descend du métro à la station Ledru Rollin pour aller découvrir le cocktail pairing dans un restaurant déjà bien en vogue, le Dersou. À la carte, un menu en 5 services qui nous fait visiter l’Asie mais qui a surtout la particularité d’être un accord mets et cocktails. Le chef Taku Sekine et le bartender Amaury Guyot forment un binôme précurseur puisqu’ils proposent cette formule depuis 5 ans.

Toutefois, on vous prévient que le Dersou n’est pas la formule la plus économique pour vous tenter au cocktail pairing.

 

Au Pas de loup à Oberkampf, on pense entrer dans un bar à cocktails, alors on est surpris quand on découvre la cuisine. Au menu le pairing est bien présent. On peut découvrir l’accord parfait entre leur cocktail « souplesse » et le foie gras snacké au cacao ou le mariage du « dis donc ! » avec de petits piments verts, des guindaillas.

                     

  source: pinterest 

Comment le faire chez vous ?

Si l’envie vous prend de tenter le cocktail pairing chez vous, voilà quelques astuces.

Pour accorder mets et cocktail, on peut utiliser un fil conducteur. Ici nous avons choisi l’exemple de la carotte. Saumon cuit à l’unilatéral et carottes fanes, voilà un plat à déguster accompagné d’un Carrot maguarita.

La recette :

1 shot d’Olmeca Blanco (tequila)

1 shot de jus de carotte

0.5 sirop de sucre

3 glaçons

On shake !

Pour les amateurs de viande et de gin, on a trouvé l’alliance parfaite. Faites mariner votre filet de bœuf dans un mix d’arôme japonisant. Mariez cette pièce de viande cuite rosée avec une association de petits légumes de saisons revenus au beurre. Avant de déguster, munissez-vous de votre shaker et préparez un Frati spécial.

La recette :

1 shot de Beefeater London dry

1 shot de jus de cranberry

0.5 citron

3 glaçons

On shake !

Rien 2 mieux

La clé du succès : « recevoir comme on aime être reçu » selon Thomas Bonnel, jeune restaurateur, propriétaire de Mieux, un établissement particulièrement prometteur du 9 ème arrondissement.

                      

source: @mieux_paris

Au-delà de son talent de restaurateur, Thomas Bonnel a aussi une sacrée plume. En effet, il a rejoint notre équipe en mai 2014 et a créé ce blog. Ses premiers articles, nous ont permis de découvrir son style qu’on aime tant, drôle, dynamique et passionné.

Passionné, Thomas l’est surtout lorsqu’on parle de cuisine et de restauration.  C’est pourquoi, nous n’étions pas étonnés lorsqu’il nous annonce, il y’ a un an, qu’il se lance dans l’aventure. Thomas et ses deux amis d’enfance ouvrent « Mieux » au 21 rue saint Lazare.

          

source: @mieux_paris

4 mois de travaux pour redonner vie à cet ancien restaurant.  Aventuriers de nature, ils choisissent d’effectuer la majeure partie eux-mêmes. Puis le temps du design de la salle, ils décident d’une décoration, comme on les aime, à base de beaux meubles chinés dans des brocantes et de fleurs de saison. Elle procure au restaurant une vraie identité. Côté salle, on avoue notre coup de cœur pour le porte addition et la très belle vaisselle !

               

source: @mieux_paris

Côté assiette, nous découvrons un vrai parti pris. La carte change chaque semaine pour permettre d’utiliser un maximum de produits de saison et de terroir. Les bases de bistrot sont revisitées et largement liftées. Au premier coup de fourchette, on reconnait la qualité évidente des produits et on comprend qu’on est sur un excellent rapport qualité-prix. Pour preuve, la formule du midi entrée plat ou plat dessert est à seulement 20 euros. Le soir c’est une carte de petites assiettes à partager qui est proposée.

                        

source: @mieux_paris

Les habitués du quartier ayant vite flairé cette nouvelle aubaine, nous conseillons d’y aller tôt ou de réserver. Victimes de leur succès ils sont déjà complets midi et soir !

C’est donc un carton plein pour « Mieux » ! Ce qui nous rend particulièrement heureuses pour Thomas et son équipe. Et qui nous permet de répondre à une question que l’on nous pose souvent : Comment faire pour que ça marche ? Et bien comme ça, en y mettant du cœur !

 

Et toi t’es VG ou flexi ?!


On a décrypté les tendances alimentaires actuelles et on vous en parle ici !

source: selection.ca

 

Végétarien, végétalien, végane, flexitarien, pesco-végétarien… les adjectifs sont nombreux mais ne sont pas synonymes et nous, on s’y perd un peu !

En effet, il y a ceux qui ont arrêté totalement viande et poisson et d’autres qui en mangent encore occasionnellement.

source: @food2vous

 

Pour rester simple, on retrouve 3 grandes tendances alimentaires :

1. Les végétariens : les personnes végétariennes ne mangent ni viande ni poisson mais mangent encore des oeufs, des produits laitiers, du miel… (voir ci-dessous les différents types de végétarisme)

2. Les végétaliens : les végétaliens ont un régime végétarien plus strict qui n’inclut aucune consommation de produits d’origine animale (pas de produits laitiers, pas d’oeuf, pas de miel, pas de viande ni de poisson, uniquement des fruits et légumes, des céréales et légumineuses, des graines…).

3. Les véganes/vegan : c’est sans aucun doute le régime le plus stricte car il ne se limite pas que dans l’assiette mais aussi dans la façon de vivre (les vegan ne portent pas de vêtements dont la fabrication induit une exploitation animale comme le cuir, la soie, la laine…). Ils utilisent aussi des produits cosmétiques et des médicaments non testés sur les animaux.

source: lanutrition.fr

 

Pour briller en société, vous pouvez aussi devenir :

> flexitarien (sorte de végétarien à temps partiel : on réduit sa consommation de viande et de poisson sans arrêter totalement).

> pesco-végétarien (végétarien qui mange du poisson et des crustacés).

> pollo-végétarien (végétarien mange de la volaille).

> ovo-végétarien (végétarien qui mange des oeufs mais proscrit la consommation de produits laitiers, de viande et de poisson).

> lacto-végétarien (végétarien qui mange des produits laitiers mais proscrit la consommation d’oeuf, de viande et de poisson)

> ovo-lacto végétarien (végétarien qui mange des produits laitiers et des oeufs)

> crudivore (personne qui base son alimentation sur des aliments crus uniquement). Il arrive que certains crudivores ne soient pas végétariens mais, s’ils consomment des produits d’origine animale, ils les mangent crus !
On espère que vous saurez plus vous y retrouver et que vous deviendrez le plus célèbre des ovo-pollo-lacto-crudivores de France !

 

Qui sont ces chefs français qui cartonnent à l’étranger ?

Qu’est-ce qui a donc poussé ces cuisiniers à quitter le pays de la gastronomie pour développer leur savoir-faire ailleurs ? 

 


Paul Pairet, trop aventurier pour la France.

Né à Perpignan, la carrière de Paul Pairet prend un premier tournant lorsqu’il intègre la cuisine d’AIain Ducasse au Café Mosaic, à Paris. Plus tard, il le quittera pour le Ritz-Carlton d’Istanbul. Il ne travaillera plus jamais en France.

En 2018, le chef est sacré meilleur restaurateur du monde pour son restaurant L’ultraviolet, à Shanghai. Un concept très innovant, à la limite de l’expérience fantastique. Une grande table, 10 places et un voyage culinaire unique, c’est la promesse que Paul Pairet fait à ses clients chaque soir. 

Vous rêvez d’avoir l’adresse de L’ultraviolet pour votre prochain séjour à Shanghai ? C’est impossible, celle-ci est secrète. Chaque soir, les 10 clients sont invités à retrouver un chauffeur dans le centre de Shanghai et à se laisser porter jusqu’à l’endroit tant convoité.


Source : Luxe Magazine

 

Annie Feolde, Italienne de cœur.

Née à Nice, La cheffe Feolde fut fonctionnaire à la Poste jusqu’à 22 ans, à Paris. Mais son envie de voyager et de découvrir d’autres langues étant trop forte, elle part pour Londres puis Florence où elle deviendra serveuse, cuisinière, puis restauratrice.

Avec son mari, œnologue passionné, elle réinvente la cuisine toscane dans leur restaurant Enoteca -Pinchiorri et décroche sa première étoile Michelin en 1982. Aujourd’hui, elle est la quatrième femme au monde à être triplement étoilée.

Enoteca -Pinchiorri : Via Ghibellina, 87, 50122 Firenze FI, Italie

  

Source : @lesgrandestablesdumonde

 

Daniel Boulud, Star new-yorkaise

Ce nom ne vous dit peut-être rien ! Pourtant Daniel Boulud a bien cuisiné pour les plus grandes stars américaines au restaurant « Daniel » ouvert depuis 1982, à New York.

Véritable star de la cuisine, on le retrouve même dans des shows télévisés.

Hyper présent aux États-Unis, implanté également au Canada, ce chef est le porte-parole de notre gastronomie sur le continent américain.

Daniel : 60 E 65th St, New York, NY 10065, États-Unis

 

Source : DBGB

 

Claude Troisgros, danse la carioca

Claude Troisgros est le neveu de Michel Troisgros, triplement étoilé par le guide Michelin. Typiquement issu de la gastronomie française, le chef dit se sentir chez lui au Brésil. Il quitte la France pour Copacabana dans les années 80 pour rejoindre Gaston Lenôtre avec qui il travaille 2 ans au Pré Catelan. A son retour en France, il décide de repartir au Brésil qu’il affectionne tant et ouvre son premier restaurant : une petite table accueillant uniquement 16 couverts. Le succès est tel qu’il lui permet d’ouvrir Olympe, devenu aujourd’hui l’un des restaurant les plus connus de Rio De Janeiro où se mêlent cuisine fusion et savoir-faire à la française.

Olympe : R. Custódio Serrão, 62 – Lagoa, Rio de Janeiro – RJ, 22470-230, Brésil

Source : @ateliertroisgros 

 

Les adresses à découvrir au Printemps

Hop c’est cadeau ! Voici une petite liste non exhaustive des nouvelles adresses à tester !

 

Yaya Secrétan

 

Le restaurant Yaya du chef Juan Arbelaez situé à Saint Ouen a ouvert une deuxième version dans le 19e arr. de Paris ! Une cuisine faite maison tout droit venue de Grèce qui offre mezzés, plats comme au village et vins d’artisans vignerons grecs.

On adore le calamar à la plancha avec son tarama, sauce aux herbes des montagnes et oignons au vinaigre doux.

Yaya Secrétan –  33 Avenue Secrétan, 75019 Paris

                         

Source : @yayarestaurant & @amelia_nymphea

Vivant 2

 

Après une pause de 6 mois pour une remise en beauté, le restaurant a ré-ouvert ses portes fin 2018 sous le nom de Vivant 2. Le chef Pierre Touitou vous propose une carte courte et assumée, haute en saveurs, et accompagnée d’une large sélection de vins.

Vous allez dévorez le thon rouge à la flamme, poutargue et verjus.

Vivant 2 – 43 Rue des Petites Écuries, 75010 Paris

 

                          

Source : @vivantdeux

Maïz

 

Entre arepas le midi et bar à vin et planches le soir, voilà une adresse qui va vous faire voyager ! Courez vite découvrir les différentes spécialités d’Amérique du Sud chez Maïz !

Le midi on déguste l’arepa d’effiloché de poulet, guacamole, tomate, échalotes, coriandre et aji dulce. Et le soir on se laisse tenter par un verre de vin blanc et une planche de poisson (ceviche, mojo canario, œuf de poisson, saumon fumé).

Maïz – 54 rue d’Argout, 75002 Paris

                          

Sources: Food2Vous

 

 

Substance

 

Si vous cherchez une cuisine créative aux saveurs marquées, filez chez Substance. L’établissement ouvert depuis l’automne 2018 propose « une cuisine d’auteur de haut goût », le chef Matthias Marc prône le respect de la nature, des saisons et une production raisonnée.

On craque pour le bar rôti, topinambour, café, coques et condiment citron…

Substance – 18 Rue de Chaillot, 75116 Paris

                                

Source : @madame_lapatissiere & @restaurantsubstance

RAN

C’est la nouvelle adresse japonaise à Paris. Un mélange de cuisine japonaise contemporaine et touches de gastronomie française. Entre cocktail, maki, tataki et autres plats japonais, vous trouverez assurément de quoi vous faire plaisir !

Essayez par exemple les California crabe, concombre et mangue fraiche…

RAN – 8 Rue d’Anjou, 75008 Paris

                                

Source : @infrarougemagazine & @ranparis8

Ça vous a plu ? Vous pouvez aussi suivre notre sélection de restaurant sur Mapstr @Food2Vous !

QU’EST-CE QU’ON MANGE DE BON DANS LE LANGUEDOC ?

C’est reparti pour un tour des régions ! Cette semaine, l’agence vous fait découvrir les spécialités du Languedoc et on vous prévient, ça sent bel et bien le Sud…

 

Le melon au Muscat

Chaque été, le melon envahit nos assiettes. Cette année, laissez-vous tenter par l’association Melon – Muscat de Rivesaltes, une touche de pep’s que vous allez a-do-rer. Vous voulez surprendre vos convives ? Transformez le tout en granité ou en sorbet pour démarrer le repas sur une touche fraîche !

                       

Source: Pinterest

 

La zarzuela

Faites le plein de poissons et crustacés avec cette paella catalane ! Mais attention : chaque recette est différente et chaque famille détient la sienne (la meilleure, évidemment). On y trouve du poisson blanc, des moules, des crevettes, des langoustines, des calamars, des palourdes, le tout dans un fumet de poisson. N’ayez pas peur d’y mettre les doigts, en tout cas nous, on y va franco!

                 

Source: Pinterest

 

La tielle sétoise

Cette tourte traditionnelle, on en raffole ! Elle est traditionnellement garnie de poulpe en sauce tomate pimentée ou des petites seiches et tentacules. On déguste le tout avec une salade verte pour un repas de printemps léger !

          

Source: Pinterest

 

Les encornets à la sétoise

Direction Sète pour découvrir une des spécialités du coin ! Les encornets (ou calamars) sont farcis à la chair à saucisse et au veau, le tout agrémenté d’une sauce tomate aux herbes fraîches. On les déguste avec du riz et on se régale !

                       

Source: Pinterest

 

La crème catalane

On termine le repas avec LE plat emblématique de la région (avec le cassoulet). La crème vanillée est délicieuse mais notre petit plaisir, c’est quand même de casser la couche de caramel avec le dos de la cuillère !

                      

Source: Pinterest

Et si le Languedoc était finalement votre prochaine destination de vacances ? En tout cas une chose est sûre, la région est riche de spécialités culinaires !

Les Smoothies Bowls pour bien démarrer la journée

C’est bien connu pour être en forme, il est important de manger un bon petit-déjeuner !

Alors si vous en avez marre des traditionnelles tartines, le smoothie bowl sera votre alternative saine et gourmande !

 

Le principe est simple, il suffit de mixer les fruits de votre choix avec une banane et du lait végétal ou du yaourt. Rajoutez ensuite des toppings super healthy et super jolis. Facile non ?

Découvrez les 3 recettes que nous avons sélectionné rien que pour vous :

 

Mango banana

 

Ingrédients : 1 banane – 300g de mangue surgelée – 5 càs de yaourt nature – 1 fruit de la passion – ½ Mangue – copeaux de noix de coco

Recette : Coupez la banane en morceaux et mettez-la dans un blender avec la mangue congelée et le yaourt. Mixez jusqu’à obtenir la consistance d’un smoothie épais.

Ajoutez le smoothie dans un bol et garnissez de morceaux de mangue fraiche, fruits de la passion et copeaux de noix de coco.

Source: Blog Kosh Karussell

 

Choco noisette

 

Ingrédients : 1 banane – 1 càs de purée de noisette – 1 càc de miel – 10 cL de lait d’amande – 2 carrés de chocolat noir 70% – copeaux de noix de coco – copeaux de chocolat – noisettes – graines de sésame

Recette : Passez la banane en morceaux au blender avec la purée de noisette, le miel et le lait d’amande. Faites fondre le chocolat et ajoutez au mélange, puis mixez. Enfin garnissez le smoothie de banane coupée en morceaux, noix de coco, copeaux de chocolat et graines de sésame.

Source: Blog Healthy and Co

 

Fruits rouges

 

Ingrédients : 1 banane et demie – fruits rouges surgelés – lait végétal (soja, amande ou avoine) – 30g de flocons d’avoine – muesli ou granola – coco râpée – graines de chia – grains de sarrasin – amandes – pépites de chocolat

Recette : Mixez les flocons d’avoine dans le blender. Ajoutez les fruits et le lait. Mixez.

Une fois que vous obtenez la consistance souhaitée, placez votre smoothie dans un bol et garnissez le tout de muesli ou granola, coco râpée, graines de chia, grains de sarrasin, amandes et pépites de chocolat.

Source: Blog Amelie Tauziede

 

 

Évidemment les toutes les recettes sont complètement modifiables selon vos goûts donc à vous de jouer !

Qu’est-ce qu’on mange au printemps ?

C’est officiel ! Le printemps est là et on a comme une envie de dire majestueusement au revoir à l’hiver ! Pour ce faire, on vous propose de mettre un peu de fraîcheur dans vos assiettes et qui sait, l’été pointera peut-être le bout de son nez plus tôt que prévu !

 

Green Spring

Un peu, beaucoup, passionnément, le vert on l’aime toujours à la folie et surtout au printemps ! Alors pour changer de la salade verte, découvrez une alternative de saison, qui vous mettra l’eau à la bouche. Le taboulé de printemps est composé d’asperges vertes, fèves, petits pois, feta, concombre, radis et menthe… Et pour une recette un peu plus festive, on vous conseille les coquilles saint jacques à la mousse de cresson.

                 

Source : Blog Mango and Salt & Marie Claire

 

Flower power

Qui dit printemps, dit fleurs ! Et ça même dans votre assiette ! Souvent utilisées pour la décoration des plats, ou en arôme dans un dessert, vous pouvez aussi les cuisiner ! Nous vous avons trouvé une recette simple et originale, qui épatera vos invités. Les côtes d’agneau au beurre de lavande ! De quoi vous sentir en Provence le temps d’un repas… Vous pouvez accompagner ce plat d’une salade verte aux fleurs (pensées, bleuets, œillets…). Faites tout de même attention : il ne faut pas acheter les fleurs comestibles n’importe où, elles ne doivent pas être traitées et il faut parfois enlever une partie de la fleur, renseignez-vous bien…

                 

Source : Le figaro madame & Blog La Gelida Anolina

 

Et le sucre dans tout ça ?

Pour un dessert printanier rien de mieux que d’utiliser les fruits de saison (pomme, banane, litchi, pamplemousse…) et d’en faire un cake ou une tarte. Mais on s’est dit que c’était trop facile, alors on vous propose une recette un peu plus originale : le sorbet au lilas du blog J’veux être bonne.Enfin pour un cocktail de printemps, on a craqué pour la recette du blog Fraise et Basilic. Composé de vodka, fruit de la passion, basilic, pamplemousse et citron vert, un mélange frais et original. Voilà de quoi fêter l’arrivée de cette saison en toute dignité !

                 

Source : Blog J’veux être bonne & Blog Fraise & Basilic

 

Vous n’avez plus qu’à vous mettre aux fourneaux !

 

 

 

Les femmes et la gastronomie

 Le milieu de la gastronomie a longtemps été considéré comme très masculin, voire macho…. Alors en ce jour célébrant les femmes et leurs droits nous avons décidé de faire un petit zoom sur le monde de la gastronomie et les femmes.

 

La montée en flèche du féminisme et l’appétence des français pour le bien manger, n’ont pu donner qu’un résultat : l’émergence du mouvement de féminisation de la cuisine. Terminés les clichés sur la place de la femme dans sa petite cuisine… Terminés les clichés sur le milieu de la gastronomie considéré comme misogyne… Enfin presque !

Incroyable mais vrai, jusqu’en 1975, il n’y avait pas de femmes dans les écoles hôtelières, elles apprenaient la cuisine en famille tandis que les hommes eux, apprenaient les techniques de cuisine à l’école et auprès de chefs dans des restaurants. Ce n’est bien évidemment plus le cas aujourd’hui, mais on remarque que les hommes sont toujours plus nombreux.

               

Source : Instagram, Amélie Darvas, Julia Sedefdjian & Naoëlle d’Hainaut

 

On dit trop souvent qu’il n’y a pas assez de femmes dans le domaine de la gastronomie, et pourtant elles sont bien là, c’est juste qu’on ne les voit pas. Alors en 2018, après la cérémonie de remise des étoiles du Guide Michelin, de nombreuses personnes se sont indignées de la très faible présence des femmes au palmarès. Suite à quoi Vérane Frédiani et Estérelle Payany ont lancé un appel sur les réseaux sociaux pour tenter de recenser les femmes cheffes en France.

Et c’est en février 2019, qu’elles ont sorti un guide présentant plus de 550 cheffes de France, en valorisant leur travail et leur parcours ! Un chiffre qui montre que les femmes cheffes sont bel et bien là.

Au même moment (un mois plus tôt), la cérémonie de remise des étoiles du célèbre Guide Michelin avait lieu. Et cette année, le Guide Michelin a mis les femmes à l’honneur, en récompensant une « proportion inédite de femmes ». Sur 68 nouveaux chefs promu, 10 femmes ont reçu leur première étoile (et là, on a un peu envie de rire, ou de pleurer on ne sait plus trop).

C’est tout de même une belle avancée, car le chiffre est bien supérieur aux années précédentes. Le Guide Michelin a des critères particuliers, et jugent les femmes avec les mêmes méthodes et la même exigence que les hommes. Mais le directeur monde du Guide, Gwendal Poullennec a conscience que les cheffes doivent être mises en avant, sans pour autant les avantager. Car on est tous d’accord, ce serait incohérent de créer des quotas et de donner une étoile à une cheffe par le simple fait qu’elle soit une femme.

On remarque aussi que le jury du célèbre classement World’s 50 Best Restaurants est maintenant composé à 50% de femmes. Et d’un autre côté, on voit que les femmes sont encore trop absentes des concours comme celui du meilleur ouvrier de France…

Quelques efforts sont faits ici et là, il y a de belles initiatives aussi, mais il faudra encore du temps pour changer entièrement les mentalités à ce sujet.

Pour en savoir un peu plus, filez écouter le podcast « Où sont les femmes cheffes ? » par ici.