All posts by Quentin

Retour vers le Futur…de la Food !

Il n’y a pas à dire, l’évolution de la cuisine et de la scène culinaire progresse de plus en plus vite. Les tendances culinaires s’enchainent si vite qu’il est parfois dur de s’y retrouver.

Pour pallier à cela, nous avons décidé de prendre les devants : on va se rendre directement dans le futur !

(Source : Pinterest)

 

Désemballé, c’est pesé !

Mais avant de parler de food, intéressons-nous d’abord à son packaging. Nous pouvons compter sur Arí Jónsson, étudiant en design islandais, qui nous propose désormais une bouteille d’eau fabriqué entièrement à base d’agar, issu des algues. Cette bouteille étant 100% naturelle et biodégradable, elle commence à se décomposer une fois vide. Et pas de problème de pollution, les bouteilles sont même comestibles !

Mais d’ailleurs, pourquoi même s’embêter à faire une bouteille ? 3 étudiants en design, basés à Londres sont à l’origine du projet Ooho. Une bulle d’eau, inspirée de la sphérification en cuisine moléculaire. Il ne s’agirait que d’eau et d’une membrane faite à partir d’algues et de calcium.

Qui a dit que les étudiants ne passaient que leur temps à buller ?

(Source : Pinterest)

 

Qu’est-ce qu’on mange ?

Nous polluons trop, nous le savons. Du coup, nous avons de moins en moins de poissons et avec la surpêche, cela devient presque impossible d’avoir un magnifique morceau de saumon fumé. Qu’à cela ne tienne ! Les produits Sophie’s kitchen vont vous surprendre : ça ressemble à du saumon, ça a presque la même texture, ça a quasiment le même goût, mais il n’est nullement question de poisson ici. Les produits imaginés par Eugene Wang, fondateur de Sophie’s Kitchen, sont faits à base de Konjac, une algue très utilisée en Asie. La farine de konjac est donc compactée afin de lui donner la forme souhaitée. On se laisserait presque avoir !

Si vous êtes plus viande que poisson, demandez à Carolien Niebling, diplômée de l’ECAL à Laussane de vous proposer sa gamme de charcuterie…à base de protéines d’insectes. Avec l’aide d’un boucher et d’un chef spécialisé dans le moléculaire, le résultat est bluffant !

(Source : Pinterest)

 

Toujours plus loin…

Mais qu’est-ce qui pourrait nous aider, dans le futur ? Et si nos caprices et nos délires de nouveautés prenaient le dessus ? Pourquoi ne pas tout simplement imprimer notre nourriture ? Avec les imprimantes 3D, nous pourrions créer n’importe quelle food ! Nous commençons déjà à réfléchir sur la question, notamment avec Food Ink, la première start-up qui imprime sa propre cuisine. Qui n’a jamais rêvé de voir sa nourriture sortir de son fax ?

Vous n’êtes pas vraiment branché robot ? Pas de soucis ! le concepteur taïwanais Paul Gong nous invite à modifier notre système digestif humain, grâce aux avances scientifiques modernes. Grâce à cela, nous pourrons développer un sens du goût et de l’odorat totalement neuf. Cela nous permettrait de pouvoir consommer et surtout digérer des aliments périmés !

Ah, la satisfaction de pouvoir finir cette part de pizza oubliée depuis 5 jours au fond du frigo…

(Source : Pinterest)

 

 

Pour pouvoir prétendre à un avenir culinaire radieux, il faut commencer à agir aujourd’hui ! N’ignorons pas les problèmes que nous avons sur le plan écologique ! Nous serons toujours plus innovants et notre alimentation ne cessera pas d’évoluer. Mais avant d’en arriver à ces extrêmes, luttons pour pouvoir croquer demain à pleines dents !

Satanic Sugar

Nous savons que plusieurs d’entre vous, chers lecteurs, êtes de vrais becs sucrés ! Toujours plus gourmands, vous scrutez nos articles à la recherche du tout dernier dessert ou douceur à la mode.

Eh bien…Installez-vous confortablement et serrez les dents car cet article va vous faire l’effet d’une visite chez le dentiste.

 

(Source : Pinterest)

 

Une polémique en poudre

Le sucre, c’est mal. On vous le répète depuis maintenant des années sur tous les supports médias possible. « Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé », vous connaissez la chanson. Aujourd’hui, le Sugar Free ou cette tendance anti-sucre prend de l’ampleur : on essaye de consommer le moins de sucre possible et de favoriser le sucre naturel. Ainsi nos recettes de cuisine passent en version light, tout en essayant de rester gourmandes.

Cependant, cela devient de plus en plus compliqué de ne pas en consommer. Une étude effectuée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) nous a fait part d’un constat alarmant : les Français ingèrent 100g de sucre par jour, soit le double de la dose journalière recommandée. Même en faisant attention à son alimentation, il est parfois très simple de se faire duper !

Mais alors, où se trouvent ces sucres ?

(Source : Pinterest)

 

Jouons à cache-cache

C’est la grande question ! Car bien qu’il soit simple d’écarter desserts, pâtisseries et bonbons (dans la limite du raisonnable, nous ne sommes pas des machines non plus !), ils sont très souvent cachés !

L’institut National de la Consommation (INC) s’est penché sur le sujet et a soumis à des tests certains produits de notre quotidien, issus de la grande distribution. Ce qu’ils ont trouvé n’est pas très réjouissant. Car non seulement, le sucre est bien évidemment présent dans les produits sucrés, mais aussi dans les produits salés ! Ainsi, carottes râpées, cornichons, crackers salés sont eux aussi sources de sucre.

Pourquoi, nous direz-vous ? Tout simplement car c’est le passe-partout des industriels. Le sucre est utilisé comme conservateur pour la charcuterie, mais aussi comme agent de texture pour les sauces, pour ajuster la couleur d’un aliment et pour atténuer les saveurs acides.

Le seul moyen de savoir si un produit contient du sucre reste la lecture de l’étiquette, même si cela peut vous paraître écrit dans une autre langue !

Un conseil : Si c’est écrit Dextrose ou bien encore Maltose, c’est du sucre !

(Source : Pinterest)

 

Junky du sucre

Alors nous pouvons faire attention et réduire notre consommation, à commencer par les sodas ! En les remplaçant par un cocktail de jus de fruits healthy, par exemple…

Ah la la , vous vous êtes faits avoir si facilement.

Car oui, même si les jus de fruits ont l’air inoffensifs, les « nectars » ne sont clairement pas vos amis. Un jus de fruit industriel contient en moyenne autant de sucre qu’un soda. Cela fait froid dans le dos, hein ? Rien n’est meilleur qu’un jus de fruit pressé minute !

Les sucres cachés sont très souvent rajoutés dans le but de provoquer le plaisir mais surtout, pour nous rendre accro. En même temps, une substance addictive blanche en poudre qui provoque le plaisir, ça ne vous rappelle rien ?

Et bien évidemment, comme toute drogue, les effets sur le corps se font sentir : diabète, obésité et autres maladies cardio-vasculaires se bousculent dans vos artères pour avoir une place au soleil !

En 1960, des scientifiques constatent les effets néfastes du sucre sur le corps. Mais à cette découverte, l’industrie du Sucre a-t-elle soudoyé et payé ces scientifiques pour minimiser les effets de leur substance dans leur rapport ? Eh bien, il aura fallu attendre 2016 pour qu’un article sorte dans la revue médicale JAMA afin de découvrir que ce fût effectivement le cas.

…Vous êtes toujours plus sucré que salé, maintenant ?

(Source : Pinterest)

 

Nous ne voulons pas diaboliser le sucre mais il est important pour notre santé d’en réduire sa consommation. Et pour cela, nous devons être attentif à la composition de nos produits et favoriser la cuisine maison, loin des conservateurs et produits transformés. Et si le sujet vous a intrigué, nous vous conseillons de regarder le film documentaire « That Sugar Land ».

D’ici là, attention aux carries !

Déshydratez-vous !

L’été est à son beau fixe et c’est l’occasion de se dépenser, de bouger et de transpirer à grosses gouttes !

Et c’est dans cette dynamique de séchage pour atteindre le summer body que vous rêvez secrètement que nous nous intéressons, nous aussi, à cette pratique…en cuisine !

 

(Source : Pinterest)

 

Restons au sec !

Cela a l’air pourtant anodin. On n’y pense pas, on préfère en acheter de temps en temps, comme ça, pour dépanner. Mais les aliments séchés sont pourtant bien présents dans notre cuisine d’aujourd’hui. Et nous ne parlons pas ici de cette demi-pomme que vous avez laissé sur le plan de travail car vous aviez un petit creux à l’heure de la collation. Non non non, nous vous parlons ici d’aliments séchés de manière volontaire et plus précisément, par déshydratation.

Ce procédé s’est vite répandu pour ses nombreux avantages et nous en consommons de plus en plus, parfois même, sans le savoir.

Mais alors, qu’est-ce que la déshydratation ?

C’est tout simplement la transformation d’un aliment en lui retirant toute son eau. Pour cela, nous le plaçons à une température ne dépassant pas les 50°C dans un déshydrateur (ou dans un four, le cas échéant), pendant plusieurs heures.

 

(Source : Pinterest)

 

Sec et avantageux

Maintenant que vous savez comment déshydrater un aliment, vous allez sûrement nous demander l’intérêt de cela. Eh bien ! c’est très simple ! La déshydratation comporte plusieurs avantages.

Tout d’abord, le gain de place et le transport. Car oui, l’eau prend beaucoup de place et fait son poids ! La plupart des fruits sont constitués principalement d’eau comme, par exemple, la tomate. Déshydrater 10 kg de tomates vous donnera 1 kg de tomates séchées. Adieu les énormes cagettes et bonjour les bocaux !

Et les bocaux, vous allez en vouloir car qui dit déshydratation, dis surtout conservation longue durée. Vous allez adorer l’idée !

Nous connaissons tous un restaurant qui propose des tomates à l’origine douteuse en plein hiver ou bien encore cette brasserie qui vous mentira comme un arracheur de dents pour vous assurer que les fruits de son dessert sont de saison.

Si vous voulez vraiment utiliser des produits qui ne sont plus de saison, prenez de l’avance. Faites des stocks et déshydratez vos fruits et légumes estivaux pour cet hiver et inversement. Proposez ainsi votre contre-saison et surprenez vos convives !

Mais déshydrater des aliments, on ne perd pas en goût ?

 

(Source : Pinterest)

 

Plus c’est sec, plus c’est bon !

Détrompez-vous ! Car les aliments déshydratés ne sont pas des tueurs de goût ! Si vous en doutez vraiment, prenez exemple sur les cubes de bouillon. La déshydratation élimine seulement l’eau contenue dans un aliment et non sa saveur. Pour certains fruits, cela a même un effet bénéfique : les abricots, par exemple, voient une augmentation de leur taux de fer, tandis que les bananes augmentent leur potassium. On passe d’un aliment super, à un super-aliment !

Attention, tout ne se déshydrate pas. La viande, par exemple, perd en saveur et en texture avec cette méthode. Alors rien ne vaut un morceau tout frais venant du boucher du coin !

Notre conseil : si vous êtes fan de compotes, nous vous invitons à en déshydrater quelques-unes, vous allez être surpris !

Non seulement, cela fonctionne et garde le goût ainsi que les apports nutritifs, mais vous allez obtenir ce fameux cuir de fruit que vous pouvez retrouver en grande surfaces ou dans les assiettes des plus grands chefs ! Parfait à conditionner et à emporter partout avec soin, pour vos collations !

 

(Source : Pinterest)

 

Vous l’avez compris : si vous voulez pouvoir déguster des fruits hors saison, nous vous invitons à les déshydrater. Cela vous permettra de stocker en quantité ces produits séchés dans des bocaux.

Complètement Givré !

Nous avons bravé la banquise… Nous avons traversé des tempêtes de neige…Nous avons gravi les plus grands glaciers, ensevelis (le plus souvent) sous un Himalaya de chocolat !

Nous avons risqué nos VIES (surtout contre le diabète) pour vous délivrer cet article, car nous sommes complètement givrés !

Aujourd’hui, nous vous parlons GLACE !

(Source : Pinterest)

 

Brisons la glace pour commencer

 

Nous sommes sûrs que vous avez dû être septique en lisant ce début d’article : un énième sujet sur les sorbets et les crèmes glacées en été, que c’est original… rassurez-vous, nous n’allons pas vous proposer vanille ou chocolat, nous sommes beaucoup plus vicieux que cela. Car aujourd’hui, l’offre de ce dessert glacé a bien évolué ! Fini les découvertes fabuleuses que nous avons pu avoir il y a quelques années quand nous dégustions un sorbet réalisé avec un fruit tropical pour la première fois. Banane, ananas ou bien encore mangue étaient les stars estivales ! Mais cette époque est bien finie ! Nous avons de nouvelles stars et elles sont assez surprenantes !

La magie de la glace et du sorbet résident dans son procédé. Nous pouvons transformer de nombreux plats sous forme glacée. La complexité vient de la manière de conserver toutes les strates gustatives d’une saveur. Il faut pouvoir, malgré la fraîcheur, retrouver toutes les notes reconnaissables qui font d’un plat ou d’un dessert quelque chose de savoureux.

(Source : Pinterest)

 

 

Nouveautés en vitrine

 

Fini les glaces et sorbets au parfum simple, laissons donc place à plus d’originalité. Même si les fruits restent les produits phares pour ce délice glacé, c’est une arrivée massive des classiques de la pâtisserie cette année ! Tiramisu, Cookie, Spéculoos ou encore Tarte au Citron, les desserts se décomposent pour se recomposer sous forme de crème glacée, pour le plaisir des petits comme des grands.

Avec les nouvelles tendances, actuellement plus veggies, il est facile de trouver Avocat, Lait d’amande, Açaï, ainsi que de nombreux parfums de fleurs et d’herbes plus atypiques que les autres. Place à la rose, la lavande et la violette mais aussi l’acacia, la cardamome et le géranium. N’oublions pas que le retour des fleurs à parfum et des herbes est une des tendances 2018 !

L’amélioration de la technique et l’évolution des glaciers ont donc permis de sortir des sentiers battus et de proposer des offres toujours plus inattendues et innovantes. Ainsi, certains fromages se voit transformer en crème glacée : Parmesan, Mozzarella ou bien Roquefort viennent égayer nos assiettes cet été pour une découverte aussi étonnante que délicieuse. Nous vous conseillons une boule de glace Mozzarella sur un tartare de tomate pour cette été : un vrai Coup de Food !

(Source : Pinterest)

 

L’ère glaciaire

 

Mais allons encore plus loin. Un petit coup de mou ? Pourquoi ne pas déguster une bonne glace à la boisson énergisante Monster ? Les boissons les plus surprenantes s’invitent sur la banquise. Absinthe et Chartreuse ne sont pas en reste.

Cela ne vous suffit pas ? Poussons notre délire de glace encore plus loin et partons dans les condiments ! L’atelier Ice Falkirk en Écosse propose une glace à la mayonnaise ! Parfait avec une barquette de frites, non ? Et pourquoi pas un monde avec des glaces sauce soja ? Car oui, cela existe ! Cela vous fait broyer du noir ? Prenez une boule de glace à l’encre de Seiche !

Les parfums de nos glaces sont de plus en plus dingues, voir même indécents ! Une glace au lait maternel humain, vraiment ? Car oui, ce parfum existe et oui, il est commercialisé ! Nous n’avons plus qu’à prier pour ne pas trouver pire. Heureusement qu’on ne fait pas des sorbets à l’eau bénite ! Oh…Attendez….

(Source : Pinterest)

 

Que vous soyez vanille, chocolat, fraise, kumquat, tiramisu, chocolat-piment, fromage de chèvre ou bien citron-basilic, vous pouvez trouver votre parfum préféré !

Nous vous invitons à découvrir les glaces et sorbets de la gamme Terre Adélices avec leur choix impressionnant de parfums ! On vous laisse, nous, on retourne à nos cornets avant de jeter un froid !

Englué dans le Gluten

Si vous n’avez pas entendu parler de ce phénomène culinaire, vous devez sûrement vivre en ermite dans une grotte !

Car il est là…partout… a envahi nos produits et notre alimentation…et nous luttons de plus en plus contre lui : Le Gluten !

 

 

Le Gluten, c’est quoi ?

Tous les magazines en parlent, nos grandes surfaces consacrent de plus en plus de place dans leurs rayons pour accueillir des produits sans gluten…Mais enfin, qu’est-ce que le gluten ?

Le Gluten est une substance composée de 2 protéines à l’origine de l’élasticité des pâtes. Il apparait après la mouture des grains de blé en farine, donne cette mâche particulière et sert de liant pour beaucoup de recettes. C’est un peu le ciment de toutes les préparations en cuisine. On le retrouve dans le blé, le seigle, l’orge ou l’épeautre, plus généralement dans la plupart des céréales.

Mais pourquoi en parle-t-on autant ? 

Tout d’abord, par l’apparition de la maladie Cœliaque. Cette maladie est à l’origine d’une inflammation de l’intestin grêle, entrainant un risque de destruction de la paroi intestinale. Cela se traduit par une mauvaise absorption des nutriments, puis l’apparition de carences. Pas vraiment le truc le plus agréable au monde ! La seule solution à ce jour est un régime sans gluten à vie.

(Source : Pinterest)

 

Mode Gluten Free activated

Bien que ce soit une réalité, il est indéniable qu’un effet de mode est bien présent derrière. Plusieurs célébrités et sportifs se sont positionnés sur ce mode d’alimentation. Leurs revendications et leurs choix se basent sur la perte de poids et l’amélioration de leur performance sportive et de leur état de santé. À la suite de ces positionnements de célébrité, les ventes des produits sans-gluten ont explosé !

Cependant, il n’y a aucune preuve de l’efficacité de cette alimentation pour les personnes n’ayant pas d’intolérance ou d’allergie, puisque qu’aucune étude scientifique n’a été réalisée jusqu’à présent sur ce sujet.

Le Sociologue Claude Fischler énonce dans son ouvrage « Les alimentations particulières » :

« La diabolisation du Gluten connait un écho considérable, car elle apparait dans un contexte de défiance de l’alimentation en général. »

En effet, c’est dans cet état d’esprit de remise en question de notre alimentation que l’effet « Gluten Free » a vu le jour. De nombreux adeptes n’ayant pas d’intolérance revendiquent ce type d’alimentation sans gluten pour perdre du poids, s’inscrivant ainsi à la longue liste des solutions miracles pour obtenir ce summer body tant convoité. Mais pourquoi éradiquer totalement le gluten de notre alimentation?

(Source : Pinterest)

 

L’Ennemi intérieur

Nous pouvons faire la guerre au gluten, mais encore faut-il savoir pourquoi !

Si ce mode d’alimentation est sollicité pour perdre du poids, cela n’est pas vrai mais pas totalement faux. La maladie cœliaque provoque certes des carences en fibre, en fer, en zinc ou encore en vitamine B mais aussi des vomissements et des diarrhées (on comprendra l’idée de la perte de poids par diurétique !). Pour cela, toute l’alimentation est à revoir. On peut trouver de nombreux équivalents parmi les légumineuses et les fruits et légumes et surtout en faisant attention à la composition de nos produits en supermarché.

Notre conseil ? Plus le produit est transformé, plus il a de chances de contenir du gluten. Cependant, attention ! Les produits sans-gluten sont généralement plus gras, contenant plus de sucres, plus d’additifs et moins de protéines que leurs homonymes à gluten.

 

Sans oublier le prix qui s’envolent très rapidement parce qu’il est bien normal que bien manger coûte cher !

Il est donc préférable de suivre ce mode d’alimentation encadré de manière médicale. Car il n’y a finalement pas de secret : pour manger mieux, mangeons des produits simples et variés.

(Source : Pinterest)

 

Mais voici notre conseil : si vous êtes intolérants au gluten, nous vous encourageons dans votre changement d’alimentation. Mais si vous ne l’êtes pas, ne vous privez pas sous prétexte qu’un effet de mode a diabolisé un aliment. Restons tolérants, même envers le Gluten !

Qu’est-ce qu’on mange de bon en Normandie ?

C’est l’heure des vacances ! Au lieu de prendre la route vers le sud, pourquoi ne pas choisir la Normandie ?

Un proverbe normand assure que :« On ne peut parler et manger en même temps. »

Eh bien, à l’agence, on a décidé de vous parler de ce qu’on mange en Normandie. De quoi prévoir de petites vacances culinaires dans le coin !

 

Le Poulet Vallée d’Auge

Pour les amateurs de viande blanche, voici un plat qui va vous ravir ! Coupé en morceaux, revenu dans du beurre puis flambé au calvados, ce poulet est ensuite cuit à petit feu dans de la crème épaisse et des champignons. Accompagné de quelques quartiers de pommes compotées, on vous conseille un verre de cidre pour accompagner ce plat !

                    

(Source : Pinterest)

 

Les Tripes à la mode de Caen

Voici une spécialité normande indémodable : Les tripes à la mode de Caen ! Ce plat culte se compose de la panse, du feuillet du bonnet et de la caillette, soit les 4 parties de l’estomac d’un ruminant. Ce plat mijote au moins 3 heures avant d’être servi ! Certes, il faut prendre son mal en patience mais on est sûr que vous allez vous en mettre plein la panse !

                    

(Source : Pinterest)

 

Le Teurgoule

Alerte gourmandise, ce dessert va faire des victimes ! Cette recette aurait fait surface après l’importation de riz en Normandie pour éviter des émeutes populaires. Parfumé à la cannelle, il cuit 5 heures au four très doux, de manière à ne presque plus sentir les grains de riz sous la langue ! On prédit 5 minutes pour le manger, 5 heures pour le préparer et 5 jours pour nettoyer le plat !

                    

(Source : Pinterest)

 

Le Bourdelot

Vous connaissez sûrement cette pâtisserie sous son autre nom, le Douillon. Mais cette spécialité normande est à base de pommes, et non de poires. Elles sont pelées puis insérées dans un cocon de pâte brisée. Ce dessert se sert aussi bien chaud que froid, pour le plus grand plaisir des becs sucrées. Il est coutume d’y rajouter une cuillère de calvados sur la pomme avant de l’enfourner !

                    

(Source : Pinterest)

 

La Confiture de Lait

La distraction, cela a parfois du bon ! La légende raconte qu’un cuisinier trop distrait aurait laissé une casserole de lait sucré sur le feu et après réduction, aurait trouvé le résultat délicieux. Et on le comprend ! Vulgairement appelée « Crème Caramel », cette confiture s’invite sur les tables et accompagne de nombreux desserts. Sur des crêpes ou directement à la cuillère, on est totalement accro !

                    

(Source : Pinterest)

 

Le Calvados, ou « Calva »

Après toutes ces délicieuses découvertes, on vous propose un digestif ! Et quoi de mieux, pour cela, qu’un verre de calvados ? Appelée communément « Calva », cette eau-de-vie typiquement normande est obtenue par la distillation de cidre (ou de poiré). Le Calva a connu son âge d’or à la fin du XIXème siècle, suite à une épidémie de phylloxera dévastant les vignobles en France. Il obtiendra son AOC en 1942. Cependant, attention à son taux d’alcool, situé entre 45° et 55° !

Nous vous recommandons des maisons tels que Pierre Huet ou Le Père Jules, nous sommes sûrs que vous allez vous régaler !

     

(Source : Google)

 

Pas d’idée pour les vacances ? On espère que ce nouvel article vous aura donné envie de croquer un petit bout de Normandie ! Nous, nous reprenons la route, à la recherche de notre prochaine escale gourmande !

La Simplicité d’un Bistrot

Aujourd’hui, nous allons revenir aux fondamentaux. La scène culinaire n’a jamais été aussi hétéroclite, si bien qu’on aurait presque l’impression de s’y perdre. On fait le point sur un pilier de notre restauration : Le Bistrot.

 

 

(Source Food 2 Vous pour Le Vrai Paris)

 

Trop simple pour moi

Vous avez un Instagram, quelques followers qui suivent vos escapades gourmandes, vous vous tenez au courant des dernières tendances #glutenfree, #veggie #bienmanger…C’est bien.

A la recherche du dernier établissement à la mode, vous avez sans doute dû passer devant une demi-douzaine de restaurants sans même prendre le temps de regarder la carte. Mais avez-vous pensé à un bistrot ?

Il y a de fortes chances que non. Ah oui, tiens, pourquoi ? Car nous sommes avides de nouveautés et de plats étonnants. Nous sommes « addicts » à l’inédit. Tout cela ne rentre pas dans la définition d’un bistrot. Car son but premier n’est pas d’assouvir notre besoin de découvertes gustatives mais plutôt de nourrir notre nostalgie et de raviver notre mémoire culinaire. On ne passe pas la porte d’un bistrot en espérant déguster la nourriture de demain mais en honorant les plats d’hier.

 

(Source Food 2 Vous pour Le Prince Racine)

 

La Faute à Zola

Cette mauvaise image, à l’ambiance sombre et aux fumets de vieux vins cuits, on la doit à notre cher écrivain, Emile Zola. Dans son roman « L’Assomoir », le bistrot du même nom accueille la classe populaire (paysans, ouvriers, etc.) venant se saouler pour oublier leur condition de vie. Le lieu devient alors le repère de soiffards, toujours plus ivres les uns que les autres, n’hésitant pas à s’endetter pour payer leurs verres. Dans l’inconscient collectif, c’est très souvent l’idée que l’on se fait du bistrot : un établissement douteux, avec ses piliers de bars et à l’ambiance malaisante.

Boudé, il n’a pourtant rien fait de mal ! Il a toujours été là pour vous : quand il fait froid, quand vous êtes pressés le midi, pour vous proposer des plats simples et rapides. Il est là, encore une fois, quand vous retrouvez des amis pour boire un verre. Alors foncez dans votre bistrot préféré !

 

(Source Food 2 Vous pour Le Petit Pontoise)

 

La Food s’encanaille

Oui, le Bistrot revient au goût du jour ainsi que sa cuisine.

Et pourquoi cela ? Car c’est une cuisine qui ne triche pas. La nourriture y est spontanée.

Rien ne vaut la saveur de nos produits locaux et la simplicité d’un « Œuf Mayo ». Vous pouvez crier au scandale, car « Quel est l’intérêt de manger un plat qu’on peut tous réaliser à la maison ? »

Notre réponse ?

Parce que nous en avons envie, tout simplement.

« L’Œuf Mayo » fait preuve de divers concours parmi les plus grands chefs d’aujourd’hui et nombreux sont les restaurateurs qui se battent pour le faire rentrer dans notre patrimoine culinaire.

Vous allez l’instagrammer, maintenant ? D’accord…juste le temps de se faire cuire un œuf !

(Source Food 2 Vous pour Le Prince Racine)

 

On a dit Bistrot, pas Bistronomie !

Cependant, attention à ne pas se mélanger les pinceaux ! Un bistrot, c’est un bistrot. Et ce n’est pas parce que les plus grands chefs s’essayent à l’exercice et proposent de plus en plus d’établissements à des prix abordables que cela fait renaitre ce lieu emblématique.

Car méfions-nous !

« Bistronomie » n’a aucun rapport avec « Bistrot ». Ce terme issu des grands chefs signifie une gastronomie à prix abordable : on se soucie du service, de la présentation dans l’assiette et de la décoration de salle tout en proposant des prix raisonnables. Et c’est là que se trouve la différence avec le bistrot traditionnel. Il arrive même que ce soit le plat du jour de la veille qui soit proposé, réchauffé puis servi. Ce qui, aujourd’hui, n’est plus concevable dans une majorité des restaurants. Pourtant, quel plaisir de déguster un bon plat de tomates farcies de la veille, préparé avec les produits du marché.

Alors arrêtons de nous prendre la tête ! Pour savourer la cuisine de demain, si nous commencions à respecter celle d’aujourd’hui ?

 

(Source Food 2 Vous pour Le Vrai Paris)

 

Nous connaissons tous un petit bistrot, un havre de paix et de convivialité où la cuisson des plats est faite par la chaleur humaine et où les assaisonnements se font par la simplicité d’une recette et la sympathie du personnel.

Ne les laissons pas de côté, car eux, ne le ferons jamais !

Le Mix Logique : Interview de Mélinda Guérin-White et Mathias Giroud

Un cocktail, c’est tout un art ! Et aujourd’hui, nous vous proposons de discuter Cocktails et Mixologie avec deux spécialistes en la matière : Mélinda Guérin-White et Matthias Giroud. Et nous avions quelques questions à leur poser !

(Source : WM. Signature)

Food 2 Vous – Quand avez-vous commencé votre activité ? Comment ?

Mélinda et Matthias – Nous avons lancé notre activité il y a tout juste quelques mois mais nous nous connaissons depuis longtemps. Lors de nos différents échanges, nous nous sommes rendu compte de notre réelle complémentarité de par nos expériences individuelles, se cumulant à plus de 30 ans de carrière réunis dans le monde du bar et des boissons autour du monde.

C’est pour ça que nous avons créé le duo WM.Signature.

 

Food 2 Vous – Qu’est-ce qui vous a attiré dans l’univers de la mixologie ?

Matthias – La liberté de création et le moment unique où nous donnons à nos clients une vraie expérience gustative, visuelle et sensorielle en faisant du « Sur Mesure ».

Mélinda – Un monde infini d’expériences et de saveurs, un monde d’experts où la créativité n’a de limites que la curiosité et l’audace. Une dimension internationale avec une vraie communauté forte, des chefs et des artistes. Un univers encore en construction, qui avance très vite et se structure petit à petit mais où il y a encore beaucoup de belles pages à écrire pour les passionnés comme nous.

 

                     

(Source : Food 2 Vous)

 

Food 2 Vous – Quelle est la différence entre bartending et mixologie ?

Mathias – Bartending est notre base du métier de bar, tout ce que l’on apprend quand on commence comme barman. Mixologie est une des évolutions de notre métier en privilégiant la recherche de nouvelles saveurs par le biais de techniques innovantes, souvent inspirées du monde de la cuisine.

 

 

Food 2 Vous – « The Bartender Society », c’est quoi ?

Matthias – C’est un concours de cocktails et soft cocktails (sans alcool) que nous avons créé il y a 3 ans pour le groupe « La Martiniquaise » et qui est chapoté aujourd’hui par WM.Signature. Mais c’est surtout une vraie expérience pour la communauté mondiale du bar avec des thèmes originaux qui donne la même importance à la création avec et sans alcool.

Mélinda – C’est aussi une expérience unique. Nous avons voulu créer une famille d’experts qui se retrouve autour de valeurs d’échange, de partage et de transmission et où on casse les codes classiques de la compétition. On y vient pour être surpris en découvrant de nouveaux univers et de nouvelles personnalités, mais aussi pour surprendre les autres par son audace et sa créativité.

 

 

                             

(Source : WN. Signature)

 

Food 2 Vous – Les 3 qualités principales à avoir dans votre activité ?

Matthias – L’expérience professionnelle, l’ouverture d’esprit au monde et la rigueur : Sans cela, nous ne pouvons pas avoir la confiance de nos clients.

Mélinda – La curiosité, l’audace et la créativité.

 

 

Food 2 Vous – Où trouvez-vous linspiration ?

Matthias – Autour du Monde !!! Partout, à tout moment !!! #inspirationfromtheworld

Mélinda – Sur le terrain en France et à l’international, au contact des bartenders et des chefs de cuisines. Mais aussi à travers nos rencontres sur les salons comme le Sirah et dans tous les univers qui nous entourent car nous souhaitons décloisonner les univers (cuisine, pipperologie, mixologie, mode, glassology…) pour les faire se nourrir et enrichir notre expertise et les expériences que nous proposons à nos clients.

 

 

                             

(Source : WN. Signature)

 

Food 2 Vous – Les tendances actuelles ?

Matthias et Mélinda – Bien être + Plaisir + Expérience = WM.Signature !

 

 

Food 2 Vous – Votre cocktail Préféré ?

Matthias – Des nouvelles saveurs avec une dose d’originalité, le tout mélanger -shaker ou mixé- pour donner une nouvelle mixo expérience !

Mélinda – Les cocktails non alcoolisés dit Soft cocktails, complexes, pétillants et à base de fruits et de plantes avec une présentation très décalée.

 

                              

(Source : Food 2 Vous)

Nous nous concentrons beaucoup sur notre assiette quand nous sommes à table mais ne prenons jamais le temps nécessaire pour savourer notre verre. Le cocktail, c’est un voyage et grâce à la Mixologie, nous franchissons des barrières que nous n’osions dépasser !

Alors, la prochaine fois que vous commandez un cocktail, une seule chose à dire : Faîtes-moi Voyager !

Barbaquoi ? Barbacoa ! …Barbecue, quoi !

Ça sent l’été et la grillade ! le soleil est enfin de retour ! l’occasion de sortir la bête…le BARBECUE !

 

 

Un truc de Barbare

On ne vous cache pas que le Barbecue, c’est un rituel ! Il y a quelque chose de tribal dans le fait d’allumer son barbecue : c’est très souvent Monsieur, le Mâle Alpha du groupe, qui s’en occupe…Bien que cela soit aujourd’hui plus simple avec un Weber® qu’en alimentant un brasier avec du bois sec cueilli en forêt !

C’est donc tout naturellement que les hommes se rejoindront autour du feu, se questionnant sur la quantité de charbon à mettre, la capacité d’accueil que la grille propose ou bien encore la fameuse et traditionnelle question : « les chipos, on les pique ou on les pique pas ? »

(Source : Pinterest)

 

Un truc de Gentleman

Alors oui, on peut résumer le barbecue comme un outil permettant à la gente masculine d’affirmer leur virilité. Mais tout d’abord, d’où vient-il, ce barbetruc ? Venant du mot Barbacoa, mot arawak (amérindien des Antilles), le premier barbecue était un outil servant à rôtir ou fumer la viande ! Mais c’est en 1952 qu’apparait le fameux barbecue à couvercle, comme nous le connaissons.

Devenant alors un point de ralliement et créateur de lien social.

Certes, la communauté veggie va s’insurger et revendiquer l’arrêt du barbecue qui sacralise le sacrifice d’un animal et la consommation de sa carcasse…Mais nous préférons rappeler une chose : le Barbecue n’est qu’un mode de cuisson et surtout, un outil pour les gourmets ! Car personne ne vous empêche de faire cuire de belles tranches d’aubergines ou un demi-avocat sur le grill, et de profiter de son côté fumé !

Le Barbecue ne juge pas, il n’est qu’amour !

(Source : Pinterest)

               

Un truc de Madame

Le Barbecue n’est pas qu’une activité d’homme. Vous ne connaissez surement pas Virginia Lázaro, mais elle le connait bien, le « barbeuc » ! Devenue cheffe Barbecue du Four Seasons de Buenos Aires, elle a su faire sa place de ce milieu macho, en apportant un œil neuf ! C’est avec beaucoup de détermination et d’expérience qu’elle a pu ensuite proposer ses propres recettes comme l’ananas cuit dans les braises, pour accompagner une belle pièce de viande.

(Source : Pinterest)

 

Le Barbecue se décline de bien des manières : que ce soit au charbon ou au gaz, réalisé par monsieur ou madame, viande ou végétal, il est devenu LE moment convivial de l’été, rassemblant autour de quelques flammes les convives. Alors le barbecue, cet été, vous allez en déguster !

Apocalypto Avocado

Nous sommes au mois de Juin et vous avez surement déjà été bombardés par divers magazines pour préparer votre « Summer body ». Il est grand temps de s’armer de sport et de super-aliments !

 

Mais aujourd’hui, nous ne nous ferons pas l’avocat du diable !

 

En effet, Pinterest l’a élu en 2015, « Aliment le plus populaire sur son réseau ». Il est devenu le meilleur ami de l’Instagrameur chevronné, tant par son goût légèrement noisetté et sa texture crémeuse que par son aspect graphique. Sa consommation a littéralement explosé et nous retrouvons ce super aliment dans nos pokébowls, nos sushis et même sur nos toasts. Ce fruit est surtout apprécié par les communautés veggies pour son alternative comme source de gras.

(Source : Pinterest)

 

Cependant, si beaucoup de monde le dispose religieusement sur sa tartine, c’est l’environnement qui s’étale, malheureusement !

 

Pour pouvoir continuer notre culte du corps, l’avocat a, lui aussi, dû passer à la culture intensive. La déforestation est massive pour remplacer la nature bienveillante par les cultures d’avocatiers! Bon, si ça peut vous aider à déculpabiliser, ça fait de belles pistes de course pour le Crossfit !

Un conseil sport : hydratez-vous ! Prenez exemple sur notre super-aliment : 1000 L d’eau sont nécessaires pour seulement 3 avocats. En comparaison, les tomates sont moins gourmandes avec seulement un besoin de 180 L. Et largement plus juteuses ! On sent que vous transpirez déjà !

(Source : Pinterest)

 

Rassurez-vous, il n’a pas que des mauvais cotés ! L’avocat stimule notre économie ! En l’espace de 5 ans, son prix au kilo est passé de 25 centimes à 3, 5 euros au Mexique. Il devenu plus cher que certains métaux et plusieurs cartels se sont même lancés dans le crime organisé, n’hésitant pas à raser des hectares pour cultiver « L’Or Vert »! Mais à quel prix…

 

Et puis, on les traite bien, nos avocats. Entre les trajets en bateau, en avion, par camion, le tout dans des conteneurs réfrigérés avec une hydrométrie contrôlée pour ne pas les faire mûrir trop vite, ils sont choyés pendant 20 à 26 jours grand luxe ! Oui, c’est un petit peu (beaucoup) énergivore, voir polluant pour la planète… Du coup, l’avocat pour rentrer dans le maillot de bain, toujours partant?!

(Source : Pinterest)

Bon, nous nous égarons, nous ne sommes pas là pour faire un procès à notre cher avocat. Cependant, si vous êtes curieux de savoir comment le replacer, sachez qu’on retrouve la plupart de ses vitamines dans les légumes verts et les kiwis ! Alors si on veut continuer à pouvoir manger des avocats ET à profiter de notre planète, allons-y mollo sur les toasts !