Le succès des influenceurs food

Nous sommes tous d’une manière ou d’une autre influents envers quelqu’un. Mais certaines personnes en font leur hobby, leur passion, leur métier. L’engouement pour la gastronomie durant ces dernières années a donné naissance à un nouveau type d’influenceurs, spécialisés en gastronomie. Pourquoi sont-ils devenus essentiels pour le secteur de la restauration ?

 

Les petits, moyens ou grands influenceurs

Qu’ils soient blogueurs, vlogueurs, photographes, cuisiniers… On peut catégoriser les influenceurs de mille et une façons, mais on le fait aussi par leur popularité et donc leur nombre d’abonnés. D’abord il y a les influenceurs de renom (plus de 100 000 abonnés), puis les influenceurs moyens qui possèdent entre 10 000 et 100 000 abonnés, et enfin les micro-influenceurs (entre 1000 et 10 000 abonnés).

Si leur nombre d’abonnés et donc leur audience a longtemps été le premier moyen de calcul de la notoriété et donc du pouvoir de l’influenceur, ce critère ne veut plus rien dire si on le considère seul. Le pouvoir d’un influenceur est maintenant calculé par le fameux taux d’engagement, c’est-à-dire le rapport entre le nombre d’interactions (likes + commentaires + partages) et le nombre d’abonnés.

                 

Source : Instagram, influenceur de renom – influenceur moyen – micro-influenceur

 

Le lien influenceur-influencé

Aujourd’hui, les utilisateurs des réseaux sociaux (et notamment du réputé Instagram) sont acteurs dans l’influence qu’ils perçoivent puisqu’ils ont choisi de voir les publications des influenceurs (contrairement aux publicités télévisées par exemple où le spectateur subit ce qu’il voit).

La notion d’identification est primordiale, l’influenceur parvient à réunir une communauté sur ses réseaux sociaux et partage avec eux sa vie ou une partie de sa vie. Inconsciemment les abonnées s’identifient, ont la sensation de connaitre la personne qu’ils suivent et donc lui font confiance comme à une connaissance.

Selon plusieurs études, le taux d’engagement est plus fort en ce qui concerne les influenceurs moyens et surtout les micro-influenceurs et ce pour une raison simple : les abonnés se sentent encore plus proches d’eux car ils sont moins célèbres, plus authentiques et spontanés.

De plus, les micro-influenceurs ne sont pas rémunérés pour la plupart (seulement en nature), ce qui renforce la sincérité de leurs propos et conforte leur communauté. Sans rémunération directe, l’avis de l’influenceur ne sera pas biaisé, ce dernier pouvant décider de publier ou non un avis positif (parfois même négatif) sur l’établissement dans lequel il a été invité.

Aussi, étant spécialisés en food, ils mettent en avant leur passion et donc leur expertise, ce qui apporte une valeur ajoutée : l’influenceur se positionne en professionnel face à ses abonnés qui lui voueront une confiance presque aveugle.

Nb : 41% des Français ont acheté/abandonné/recommandé un produit ou un service grâce aux influenceurs*.

                 

Source : Instagram, les feeds des influenceurs food.

 

Les usages des restaurateurs

C’est pour ces raisons (le lien réel entre l’influenceur sa communauté) que les restaurateurs se tournent de plus en plus vers ce qu’on appelle le marketing d’influence, un nouveau moyen de promouvoir son établissement, d’une manière plus ciblée, peu couteuse et donc plus efficace.

En fonction du besoin (ouverture d’un restaurant, lancement d’un nouveau produit, ou promotion sur du long terme), le restaurateur va trouver un compromis avec l’influenceur pour qu’il communique sur son établissement. La plupart du temps les influenceurs sont invités à découvrir le restaurant le temps d’un déjeuner ou d’un diner et devront publier un post sur leurs réseaux (voire une ou plusieurs stories) en contrepartie.

Les posts de l’influenceurs vont donner une grande visibilité au restaurant, et donc créer plus d’affluence.

Enfin, il faut savoir que les influenceurs n’acceptent pas tout ce qu’on leur propose, la plupart d’entre eux tiennent à suivre une ligne éditoriale qui leur est propre, et si la proposition n’y correspond pas, ils sont en mesure de refuser l’offre (disons qu’il ne vaut mieux pas proposer une bonne entrecôte à un influenceur food vegan…).

 

Plus accessible qu’un journaliste gastronomique, et plus personnalisé que la publicité média classique, l’influenceur est proche de sa communauté et a plus d’impact sur les choix de consommation de ses followers. Le marketing d’influence est désormais un moyen de communication bien ancré dans le milieu de la restauration.

 

*Selon l’Observatoire des comportements de consommation mené par Odoxa et Emakina