VIN : ce qu’il faut savoir pour bien boire !

Ca y est, les vendanges sont terminées, le bourru est bu, place au Beaujolais !

Chez Food2vous, chaque année, c’est toujours le même rituel : on a beau savoir que ce n’est pas la meilleure des boissons, la soirée est calée et nos verres sentent bon la banane !

vin-food2vous

 

Mais dans cet article on a décidé de vous dispenser du tralala à la Jean Pierre Pernot sur cette boisson mise en vente, chaque année, depuis 1951, dès la fin de sa vinification (oui, on vous en a placé une petite pour la culture). Ici, on a préféré vous donner les conseils de notre œnologue (un vrai) pour ne plus jamais ramener à un dîner une bouteille choisie au hasard au Franprix. ZOOM SUR DEUX REGIONS

1er tip : observez la capsule

Et oui, même chez votre « petit caviste » vous n’êtes pas à l’abri de choisir une bouteille issue d’une grosse maison vinicole industrielle. Si vous avez envie d’avoir un gage de qualité et de provenance, préférez les capsules précédées d’un R (récoltant) ou d’un E (exploitant). Cette indication relève que le vin a été produit et mis en bouteille par le domaine lui même.

capsule_1

À Bordeaux : sortez vos carnets

Côtés millésimes il y a d’abord les grands : 2000, 2005, 2009, 2010 et 2015. Si ces années ont été particulièrement réussies sur les deux rives bordelaises, elles sont souvent synonymes de prix élevés. Choisissez donc les seconds vins des châteaux. Des pépites bien gardées et bien moins onéreuses.

Et puis il y a les millésimes reconnus pour leur qualité : 2001, 2006, 2008, 2012 et 2014 qui révèlent ainsi souvent de belles surprises à des prix tout à fait abordables.

Si vous avez passé un cap (souvent proche de la trentaine) et souhaitez « commencer votre cave », choisissez les bordelaises de 2007 : un vin de garde de qualité et à bon prix.

Enfin, (et c’est surement l’information à retenir) délaissez le 2013. À Bordeaux cette année a été plus difficile que les autres et certains châteaux ont même décidé de ne pas commercialiser leur (premier) vin du millésime afin de ne pas proposer un vin moins qualitatif que les autres années. Les amateurs ont tranché et 2013 doit se faire évincer de tous bons dîners !

 

vin-agence-food2vous

Et en bourgogne :
Pinot noir pour les vins rouges, chardonnay pour les blancs… Si certaines années mythiques de Bourgogne le sont autant dans les deux couleurs (2009, 1990…), d’autres sont plus flatteuses à l’un plutôt qu’à l’autre. Pour évitez les impairs, nous vous livrons les meilleurs millésimes rouge ET blanc.
Si vous avez économisé pendant des semaines, il y a les millésimes exceptionnels, promis à une très longue garde : 2009, 2005, 1990, 1989
Si vous voulez ajouter une bouteille à votre nouvelle cave, il y a les millésimes réussis, de longue garde : 2002, 1999, 1995
Et si vous voulez seulement une jolie bouteille pour accompagner votre raclette, il y a les millésimes hétérogènes cachant quelques grandes réussites : 2008, 2007, 2001, 2000, 1998

Voilà. Sinon l’abus d’alcool est dangereux pour la santé et est à consommer avec modération. Et amour.