All posts by Mileva

FROMTON WITH LOVE

Comme vous le savez, ou comme vous ne le savez peut-être pas, mais comme ça maintenant vous saurez ; cette semaine se tenait le salon du fromage et des produits laitiers à Porte de Versailles. Alors oui, les produits laitiers sont nos amis pour la vie, mais au point d’aller si loin ? Pas sûr. Pour les flemmards de l’Est parisien, on vous a facilité la vie avec une petite liste de nos coups de cœurs en fromageries.

 

TAKA & VERMO

Crédit photo @milevabdl

Pour qui : pour ceux qui sont en quête de raffinement et d’originalité avec entre autres le Saint-Nectaire au poivre Sansho au goût légèrement citronné, le chèvre frais au Yuzu confit, clin d’œil aux origines asiatiques de Laure, la co-fondatrice, ou encore le brie aux marrons glacés et sarrasin, une dinguerie.

Où ça : 61bis Rue du Faubourg Saint-Denis, 75010 Paris

Quand ça : du mardi au mercredi de 9h30 à 14h puis de 15h30 à 20h30, le vendredi et samedi de 9h30 à 20h30 et le dimanche de 9h30 à 13h (fermé le lundi)

https://www.instagram.com/takavermocheeseshop/

 

FROMAGERIE GONCOURT

Crédit photo @chezlouloufrance

Pour qui : pour les amateurs de fromages corses, une des spécialités de cette fromagerie, avec notamment le Calenzana, fromage renommé venu du plateau du Niolo, au nord de la Corse, que vous aurez le plus grand mal à dégoter ailleurs.

Clément Brossault respecte les saisons donc en ce moment côté Corse vous trouverez surtout du brocciu, du bastelicacciu et de la tommette de brebis. Et pour les amateurs d’autres types de fromages, vous trouverez également votre bonheur !

Où ça : 1, rue Abel Rabaud, 75011 Paris

Quand ça : du mardi au vendredi de 9h à 13h puis de 16h à 20h30 et le samedi de 9h à 20h

(fermé le dimanche et le lundi)

https://www.instagram.com/lafromageriegoncourt/

 

MONBLEU 

Crédit photo @monbleu

Pour qui : pour ceux qui veulent repartir avec le fromage qu’ils ont adoré manger dans le restaurant. Car oui, Pierre Gay, Meilleur Ouvrier de France a ouvert une fromagerie et un restaurant au même endroit. Autre avantage, la fromagerie est ouverte jusqu’à 21h !

Où ça : 37, rue du Faubourg Montmartre, 75009 Paris

Quand ça : du lundi au samedi de 10h à 21h et le dimanche de 10h30 à 16h

https://www.instagram.com/monbleu/

 

CRÈME, « fromagerie de quartier, buvette et petites assiettes »

Crédit photo @creme_menilmontant

Pour qui : pour ceux qui recherchent le combo parfait en un endroit avec du fromage mais aussi une sélection de charcuterie. D’ailleurs tous les jeudi et vendredi ils sont ouverts jusqu’à 21h30, l’occasion de se jeter un petit verre de vin sur place autour d’une assiette de fromages et de charcuteries.

Où ça : 6 rue Julien Lacroix, 75020 Paris

Quand ça : du lundi au samedi de 10h à 21h et le dimanche de 10h30 à 16h

https://www.instagram.com/creme_menilmontant/

 

LE JARDIN FROMAGER

Crédit photo @kaitnicole

Pour qui : pour ceux qui ont un gros penchant pour les produits fermiers au lait cru. Et pour les plus techos, certains fromages comme le camembert sont affinés directement sur place par Michèle Heyd et sa fille, Céline Samanès ! Si si la famille.

Où ça : 53 Rue Oberkampf, 75011 Paris

Quand ça : du mardi au vendredi de 10h à 13h puis de 16h à 19h45 et le samedi de 9h à 19h45 et le dimanche de 10h à 13h

(fermé le lundi)

 

CRÈMERIE TERROIRS D’AVENIR

Crédit photo @kaitnicole

Pour qui : pour ceux qui viennent chercher de l’écoute, des conseils de qualité et de la bonne humeur. À Paris comme à Montreuil, Terroirs d’Avenir c’est l’assurance de repartir avec un bon fromage sous le bras, peu importe l’heure. Mention spéciale pour les billes de mozza, huile d’olive et cebette à dégainer à l’apéro.

Où ça : 8 rue du Nil, 75002 Paris

84 rue Jean-Pierre Timbaud, 75011 Paris

5 rue Paul Bert, 75011 Paris

9 rue du Capitaine Dreyfus, 93100 Montreuil

Quand ça : du mardi au samedi de 9h30 à 20h, et le dimanche de 9h30 à 13h30 (fermé le lundi)

https://www.instagram.com/terroirsdavenir/

 

CULINARIES

Crédit photo @culinaries.fr

Et pour les rois des flemmards, il y a toujours Culinaries qui vous propose de recevoir chez vous le meilleur des grands producteurs en direct de la ferme. Qu’ils soient au lait de vache, de chèvre ou de brebis, leurs fromages font partir loin, très très loin. En plateau ou à l’unité, ne pas hésiter : https://www.culinaries.fr/

https://www.instagram.com/culinaries.fr/

 

Autant vous dire que quand on apprend que la Vache qui rit est le fromage le plus vendu au monde alors qu’il existe au moins 1200 variétés de fromages français, y’a de quoi se marrer.  

 

PASTA LA VISTA BABY

Pasta la vista, baby

 

Vous en rêviez, on l’a fait.
Après avoir fouillé des heures et des heures les Internet, jusqu’à plonger dans les abysses du dark web, nous avons rassemblé ici tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les pâtes sans oser le demander. Attention, dossier sensible.

Non, le sel ne fait pas bouillir l’eau des pâtes plus vite. Il est là pour assaisonner le goût des pâtes et c’est tout. Il faut donc l’ajouter pendant la cuisson et non avant.

Non,  l’huile d’olive n’empêche pas les pâtes de coller entre elles, elles sont préparées avec une variété de blé dur qui possède une haute teneur en protéines (gluten), ce qui donne une pâte qui résiste mieux à la cuisson et qui reste ferme et peu collante. Pour éviter que les pâtes collent entre elles, remuez de temps en temps, ça fera l’affaire !

Non, les pâtes ne doivent pas cuire dans l’eau à feu couvert. Mettre un couvercle risque de faire déborder l’eau, donc baisser le feu, donc altérer la cuisson des pâtes al dente. Assurez-vous de plonger vos pâtes dans une casserole remplie d’une large quantité d’eau bouillante et vous obtiendrez la cuisson idéale.

Non, les pâtes ne font pas grossir, les glucides complexes que ces féculents contiennent sont lentement assimilés par l’organisme et retardent plus efficacement le retour de la faim. En revanche, ce sont les sauces et les tonnes de fromages qu’on y ajoute qui en sont responsables.

Non, les pâtes ne viennent pas d’Italie. Une légende raconte que c’est Marco Polo en 1295 qui en rapporta à Venise, de retour de son voyage en Chine. Mais cette histoire aurait été créée dans les années 1920 par un fabricant de pâtes américain. Ce qui est certain, c’est que deux millénaires avant notre ère, des pâtes ont été confectionnées en Chine. Ces pâtes, que les archéologues ont retrouvées dans les ruines de la ville de Lajia, étaient réalisées à partir de farine de deux millets. Elles étaient ensuite tirées à la main afin de leur donner leur forme allongée.

Non, les coquillettes ne sont pas les pâtes les plus consommées, ce sont les spaghetti. D’ailleurs, il en existe plus de 300 variétés.

Non, le gruyère râpé n’est pas autorisé avec les pâtes italiennes. Alors dans un restaurant italien, faites un effort et si vous voulez plus de fromage, demandez du parmesan !

Non, les pâtes ne se mangent pas avec un couteau mais uniquement avec une fourchette. Alors si vos pâtes sont trop longues, enroulez-les avec votre fourchette et portez-les délicatement à votre bouche.

Bon, maintenant que l’on s’est dit tout ça, mettons-nous bien d’accord, chacun fait fait fait, ce qui lui plait plait plait.

LE CHICKEN POULET NULS

Le poulet. Un met élémentaire qui, bien cuisiné, met tout le monde d’accord.
Entre nostalgie, réconfort, convivialité et simplicité, c’est toujours la bonne idée.
Alors si t’es pris d’une grosse envie de poulet, c’est là qu’il faut aller.

 

PIOUPIOU

Crédit photo @pioupiou_paris

Pour qui : pour ceux qui veulent manger du poulet « français, fermier, en liberté, de qualité, bien cuisiné, bien présenté » sous toutes ses formes : frit, en sandwich ou tout simplement rôti !

Où ça : 3 Rue Saint-Lazare, 75009 Paris

Combien : Environ 15 euros par tête pour sortir repu et heureux

https://www.instagram.com/pioupiou_paris/tagged/

 

PEDZOUILLE

Crédit photo @pedzouilleparis

Pour qui : pour les amateurs de basse-cour et de promiscuité qui souhaitent s’immerger dans la campagne en plein Paris, les amoureux qui veulent partager un poulet fermier des landes élevé au maïs, les curieux qui souhaitent diner sous un ciel de 1391 poulets en plastique accrochés au plafond.

Où ça : 15 rue des Jeûneurs, 75002 Paris (La Bassecour)

Combien : 18 euros par tête pour partager un bon poulet des familles

https://www.instagram.com/pedzouilleparis/

 

BRUTOS

Crédit photo @brutosparis

Pour qui : pour les amoureux du poulet à la braise/frites dominical, qui cherchent à se ravitailler avant ou après l’Atelier des Lumières sans trop faire attention à la dépense

Où ça : 5, rue du Général-Renault, 75011 Paris

Combien : 23 euros par personne pour le plat unique du dimanche (poulet fermier à la braise pour deux personnes, sauce suprême légèrement citronnée et frites maison)

https://www.instagram.com/brutosparis/

 

BIEN FICELÉ

Crédit photo @bonrestoparis

Pour qui : les fins palais qui préfèrent le coquelet ! Ici il est rôti, de Licques, servi avec une purée de pomme de terre et un bon jus de viande (comme sur la photo !)

Où ça : 51 boulevard Voltaire, 75011 Paris

Combien : 17 euros le coquelet rôti

https://www.instagram.com/bienheureuxparis/

 

LE COQ RICO

Crédit photo @lecoqrico_paris

Pour qui : pour ceux qui ont les moyens de se faire plaisir avec le Chef Antoine Westermann et prônent la bistronomie associée aux belles volailles de races et élevées dans les meilleures conditions

Où ça : 98, rue Lepic, 75018 Paris

Combien : 30 euros pour un suprême de pintade de Challans rôti, gnocchi aux zestes de citron, tomates confites, 24 euros pour un quart de volaille

https://www.instagram.com/lecoqrico_paris/

 

NOSSA

Crédit photo @nossachurrasqueira

Pour qui : ceux qui aiment la simplicité et l’efficacité. Ici le poulet est servi comme au Portugal, en quart, en demi ou en émincé, avec quatre sauces au choix et 5 accompagnements au choix.

Où ça : 147 boulevard de Charonne, 75011 Paris

1 rue de l’école polytechnique 75005 Paris

Combien : 15 euros par tête pour un quart de poulet, 1 accompagnement, 1 boisson et 1 fameux pastel de nata

https://www.instagram.com/nossachurrasqueira/

 

KARAAGE YA

Crédit photo @romain_photographe

Pour qui : les nostalgiques du Japon qui veulent retrouver le vrai goût du karaage : un émincé de cuisse de poulet mariné dans de la sauce soja, de l’ail et du gingembre puis enrobé de fécule de pomme de terre et délicatement frit !

Où ça : 46 rue Léon Frot, 75011 Paris et 6 Rue Feydeau 75002 Paris

Combien : 12 euros la formule midi, quelques euros de plus le soir

https://www.instagram.com/karaageya_bourse/?hl=fr

 

SOLYLES

Crédit photo @solyles

Pour qui : pour ceux qui aiment décliner le poulet sous toutes ses coutures : en nuggets, en ailerons, en rillettes, contisé, rôti, en saucisses ou en brochettes. Par ailleurs chaque mois, une race d’exception ou un éleveur passionné est mis à l’honneur !

Où ça : 74 rue Damrémont 75018 Paris et 137 rue d’Alésia 75014 Paris

Combien : Entre 10 et 20 euros en fonction de la faim

https://www.instagram.com/solyles/?hl=fr

 

Et pour terminer en beauté, mention spéciale d’Anne Sophie pour la volaille landaise, purée maison au beurre noisette de chez Georgette au 44 rue d’Assas dans le 6ème.

Beaujolais nouveau

Beaujolais nouveau, le vrai du faux

Tradition internationale faisant de l’ombre au sombre black friday, l’arrivée du Beaujolais nouveau soulève bon nombre de rumeurs, aprioris et interrogations.
C’est donc pour calmer toutes ces brûlantes questions que nous vous proposons ce petit tour d’horizon.

LE BEAUJOLAIS NOUVEAU A LE DROIT À SON NOUVEAU CONCEPT
Vrai ! Désormais, si l’on veut en être, on parle de Beaujonomie, contraction de
« beaujolais » et de « bistronomie », ou « l’art de déguster des beaujolais de caractère et d’exception autour d’un bon repas dans une ambiance chic et décontractée ». Oui oui, on ne recule devant rien dans le monde merveilleux du concept.

LE BEAUJOLAIS NOUVEAU EST UNE APPELATION
Eh bien non ! Il est produit au sein de deux appellations d’origine contrôlée différentes, Beaujolais et Beaujolais-villages.

LE BEAUJOLAIS NOUVEAU SE BOIT UNIQUEMENT À L’APÉRO
Faux ! Alors certes il arrive un jeudi, meilleur jour pour boire des coups à l’apéro, mais il se sirotera également parfaitement avec du lapin, une rosette ou de bons fromages de sa région comme le Saint Marcellin ou le Saint Félicien !

LE BEAUJOLAIS NOUVEAU EST OBLIGATOIREMENT PRODUIT À PARTIR DE GAMAY NOIR À JUS BLANC (100%)
Noui ! L’essentiel de la production est fait avec du gamay N2, appelé aussi « gamay noir à jus blanc » pour le différencier des autres gamay, mais la législation autorise l’assemblage avec d’autres cépages : le chardonnay, l’aligoté, le melon, le pinot gris, le pinot noir, le gamay de Bouze et le gamay de Chaudenay. La condition ? La proportion de ces cépages accessoires doit être limitée à 15 % de l’encépagement.

LE BEAUJOLAIS NOUVEAU NE SE GARDE PAS
Faux ! Pour ceux qui veulent s’aventurer à en boire après novembre, il peut se garder dans les trois à six mois.

LE BEAUJOLAIS NOUVEAU A UN GOÛT DE BANANE
Faux ! Encore une bonne vieille légende urbaine. Effectivement, à une bien lointaine époque, certains viticulteurs utilisaient une technique de vinification commune qui donnait un goût assez particulier au vin, et donc à tous les vins nouveaux. Aujourd’hui, chaque viticulteur utilise son propre savoir-faire pour élaborer ses vins. Plus question donc, de trouver à tous ceux que vous gouterez ce fameux petit goût de banane. Vous serez prévenus.

Bref vous l’aurez compris, la plupart des idées que l’on se fait sur le Beaujolais nouveau peut être jetée à l’eau.

COURGE TOUJOURS

On est dimanche, il est 17h, il fait froid et les idées pour le repas du soir ne se bousculent pas dans votre tête ? Pas de panique, vous n’êtes pas seul(e.s).

 

Food2vous offre LA recette automnale de la meilleure soupe dominicale : le velouté de courge butternut, crème fraîche et poitrine fumée.

 

Ingrédients pour 4 personnes :

  • 1 courge butternut
  • 1 oignon rouge
  • 1 échalote
  • 2 gousses d’ail
  • 1 cube de bouillon de volaille
  • 1 cuillère à soupe de miso blanc
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olives
  • 1 cuillère à soupe de crème fraîche
  • 1 pincée de sel
  • 1 pincée de poivre
  • 1 oignon cébette
  • 4 tranches de poitrine fumée

 

ÉTAPE 1

Écorcez la courge et divisez-la en lamelle assez épaisses. Dénoyautez les lamelles et tranchez-les en dés. Pelez et ciselez finement l’oignon rouge, l’échalote et l’ail. Réservez.

 

ÉTAPE 2

Dans une marmite, chauffez l’huile puis ajoutez l’oignon rouge, l’échalote et l’ail. Laissez légèrement dorer le tout puis ajoutez les dés de courge. Laissez mijoter pendant 10 min à feu moyen. Au bout de ce délai, incorporez le cube de bouillon émietté et le sel. Versez ensuite de l’eau de même niveau que la préparation et ajoutez le miso blanc. Couvrez la marmite et laissez mijoter la soupe de courge butternut pendant 50 min sur feu normal.

 

ÉTAPE 3

Mixez ensuite la soupe à l’aide d’un mixeur plongeant jusqu’à obtenir un velouté bien lisse et onctueux. Ajoutez alors la crème fraîche et mixez à nouveau quelques minutes. Corrigez l’assaisonnement si besoin. Servez ensuite dans des bols.

ÉTAPE 4

Faites revenir dans une poêle les tranches de poitrine fumée sans matière grasse jusqu’à ce qu’elles soient bien grillées. Retirez-les de la poêle et enlevez le surplus de gras avec un essuie-tout. Effritez-les avec parcimonie dans chacun des bols. Ciselez finement l’oignon cébette et répartissez-le également dans les différents bols.

ÉTAPES 5

Dégustez, profitez, digérez.

BOXS OFFICE

Parce que bien souvent, on manque de temps -et parfois de talent- pour faire nos achats, le monde a créé un univers, celui des boxs.

Beauté, bijoux, mode, déco, apéro, food, jardinage et j’en passe, trouver les meilleures dans toutes ces offres se révèle être un véritable cauchemar pour les plus indécis d’entre nous.

Mais comme chez Food2vous on aime bien (se) vous faire plaisir, l’équipe vous a concocté une sélection de box gastronomiques aux petits oignons !

1. Les nouveaux fromagers

Pour qui ? Ceux pour qui le fromage c’est la vie
Quoi ? Un mix de quatre fromages AOP ou découvertes dénichées auprès de petits producteurs.
Combien ? 19,90 euros par mois
Plus d’infos ? lesnouveauxfromagers

2. Mets vins

Pour qui ? Pour ceux qui ont plus l’art de recevoir que celui de prévoir
Quoi ? Une bonne bouteille de vin et quelques mets dénichés par leurs experts pour créer l’accord parfait.
Combien ? À partir de 25,90 euros par mois
Plus d’infos ? metsvins

3. Kitchen Trotter

Pour qui ? Pour ceux qui aiment voyager sans trop s’éloigner
Quoi ? Un menu à cuisiner pour 4 à 6 personnes autour d’une destination, quatre recettes typiques, sept ingrédients exotiques difficiles à dénicher (et même un magnet à collectionner).
Combien ? 29,90€ (le premier mois) puis 39,90€ (les mois suivants)
Plus d’infos ? kitchentrotter

4. Kaviari

Pour qui ? Pour ceux qui ont une Rolex à 50 ans
Quoi ? 20g de caviar, le produit du mois, une surprise, une recette de chef et une fiche explicative.
Combien ? 59 euros par mois
Plus d’infos ? kaviari

5. Gula

Pour qui ? Pour ceux qui veulent grignoter en paix
Quoi ? 10 délicieuses collations saines et naturelles à base de noix, graines et fruits séchés.
Combien ? À partir de 17,50 euros par mois
Plus d’infos ? gula