Le festival Taste of Paris

Londres,  Sydney,  Amsterdam, Auckland, Dublin, Cape Town, Dubaï… Le Taste Festival n’en était pas à son premier coup d’essai. Pour ce 23ème rendez-vous, l’organisation a vu grand, et surtout beau. C’est sous la nef du Grand Palais que 14 des plus grands chefs parisiens ont présenté leur cuisine au grand public, ébahi par un spectacle hors norme. Goûter les créations des meilleurs chefs du monde n’est pas un cadeau que l’on s’offre tous les jours. Pourtant, durant ce long week-end de dégustation intensive, leurs cuisines étaient à portée de bouche. Il n’a pas fallu nous le dire deux fois, l’équipe est partie, couverts en main, s’assurer que tout le monde finisse son assiette.

 

Taste_of_Paris_agence_de_communication_culinaire_6

 

Vendredi midi, soleil de plomb, l’estomac creux. Ça ne se bousculait pas à l’entrée du Grand Palais. Contents d’arriver à l’intérieur, nous étions appâtés par les odeurs encore inconnues qui circulaient entre les stands. Par où commencer ? Note à l’organisation du festival : c’est traite de mettre le stand Laurent Perrier dés l’entrée… Contre toute attente, nous l’avons contourné sans dommage. Nous n’avons pas perdu de temps. Certes les stands produits étaient plus alléchants les uns que les autres, mais nous n’étions pas là pour pousser le cadis. Direction les restaurants éphémères que nos nez aguerris n’ont pas eu de mal à trouver.

 

Taste_of_Paris_agence_de_communication_culinaire_1

Restaurant Pierre Sang

Improbable situation que de déguster une cuisine de chef dans une assiette en plastique. Et ce, sans compter sur l’attention toute particulière dont le chef franco-coréen fait preuve envers son public. Il passait parmi ses clients pour leur souhaiter la bienvenue, et demandait l’avis de tous sur le choix de son menu. Cette proximité a rendu sa tartelette aux légumes et son raviole de volaille encore meilleurs !

 

Taste_of_Paris_agence_de_communication_culinaire_2

 

D’autres se sont laissés draguer par les plats marins du Chef Stéphanie Le Quellec. Loin du luxe du Prince de Galles et de son restaurant La Scène, cette passionnée de la cuisine traditionnelle française délivre des plats sophistiqués tout en simplicité : langoustines, concombre, sarrasin ou encore un petit rouget de roche, bouillabaisse réveillée par un surprenant condiment de poutargue. Waouh.

Pâtisserie Benoit Castel

Ni une ni deux, place au dessert. Et c’est sur le fraisier déstructuré à la pistache de Benoit Castel que nous avons jeté notre dévolu. Un délice qu’on voudrait ne jamais terminer !

Taste_of_Paris_agence_de_communication_culinaire_3

Taste_of_Paris_agence_de_communication_culinaire_4

 

D’autres ont excité leurs papilles avec le citron niçois, algues kombu à l’estragon du grand Alain Ducasse tandis que les plus gourmands ont fondu pour la tasse de crème glacée à la noisette, jus de café et sa (très) généreuse mousse tiède au chocolat signé Massimiliano Alajmo… Paradisiaque !

 

La Brûlerie Caron

Pour une fois, ce fût un café sans l’addition ! Nous avons eu le droit à un cours accéléré sur la torréfaction, tout en dégustant un étonnant café servi à température et infusé… à froid. Un procédé, qui pour quelques tasses, prend toute une nuit !

Taste_of_Paris_agence_de_communication_culinaire_5

 

Le Taste, c’était un formidable rassemblement pour les passionnés et professionnels de la gastronomie que nous sommes. Bravo et merci aux organisateurs, ainsi qu’aux chefs qui chaque jour, enrichissent un peu plus le patrimoine culinaire français. Après ça, il était temps de rentrer au bureau…

 

T.B.

Say Something