Les chiffres clés du Food Morning #2

Cette deuxième édition du Food Morning avait comme ligne directive la « démocratisation du goût ». Un sujet déjà bien entamé par bon nombre d’acteurs, mais largement approfondi par les intervenants, les experts et les participants du 12 avril 2016. Notre journaliste Zoé était sur place pour vous faire le compte rendu de cette matinée du bon goût.

État des lieux :

 

Aujourd’hui, les acteurs majeurs du secteur alimentaire sont les producteurs. Les clients sont de plus en plus curieux, cherchent davantage à connaître la provenance des aliments qu’ils achètent et ce, tout produit confondu. Ces consommateurs sont davantage attachés à leur terroir, au goût des produits et aux expériences culinaires qui en émanent. La culture française nous inculte d’être exigeants, et nous sommes connus dans le monde entier pour le fait de « savoir manger » :

91% des français aiment manger (par plaisir et non par nécessité). Pourtant, le rythme de vie s’est accéléré durant ces cinquante dernières années et nous n’avons plus le temps de cuisiner. On observe donc naturellement une hausse des achats de plats déjà préparés, dû à un temps de préparation des repas a largement diminué : Il est passé de 71 minutes en 1960 contre 20 minutes en 2010.

En 2014, 232 milliards d’euros ont été dépensés par les français pour se nourrir, ce qui équivaut à 3 600 euros par habitant : c’est 20,4% des dépenses totales de consommation par habitant. Cette somme est en moyenne dépensée au ¾ pour consommer chez soi, et donc ¼ de cette somme concerne la consommation dans les restaurants (contre 14% en 1960).

La tendance qui dynamise le secteur alimentaire :

 

Depuis déjà quelques temps, l’intérêt général se porte vers le secteur grandissant du bio. Ce secteur pèse aujourd’hui 5 millions d’euros, et six français sur dix déclarent manger bio au moins une fois par mois. Il est également considéré comme un gage de qualité, car il place la confiance au cœur de l’offre, et les consommateurs savent ce qu’ils mangent.

Food2vous_foodmorning_communication_culinaire

L’avis des experts :

 

Arnaud Billon, co fondateur de Ahlavache.fr :

« Notre site vend du bœuf, du porc, de l’agneau et du poulet (à la pièce ou en colis) provenant directement des exploitations. La vente directe permet une traçabilité qui séduit les consommateurs : la transparence c’est le bon sens ! »

Mark Salomon, Directeur médical de Diet Sensor :

« Nous sommes ce que nous mangeons. Si nous n’éduquons pas la prochaine génération, leur durée de vie diminuera à cause de l’obésité et de la malnutrition. Il faut alors accompagner les comportements des consommateurs et surtout en amont, ceux des industries. »

Aleksandra Mandic Killy, Co fondatrice de l’application Kwalito :

« Dans l’optique de mieux comprendre les étiquettes sur les produits, notre application est un outil simple pour reprendre le contrôle sur notre alimentation. Comment ça marche ? On définit nos contraintes ou préférences alimentaires, on scanne le code barre ou on recherche un produit dans la base de données, et l’application vous dit si ce produit vous convient ou non. »

Thibault Lamarque, Fondateur de Castalie :

« Je m’étonnait de payer plus de 8€ pour une bouteille d’eau minérale dans un restaurant. Un an plus tard, Castalie est née : cette société œuvre pour la production d’une alternative aussi qualitative que durable. Les équipements Castalie permettent de micro-filtrer l’eau du robinet, et réduit donc le transport de bouteilles. La société valorise la démarche développement durable et limite les impacts environnementaux. Saviez-vous qu’en moyenne, une bouteille d’eau consignée a parcouru 900 km avant d’arriver sur votre table ? »

 

Food2vous_foodmorning_communication_culinaire_1

 

Un sujet résumé et des propos recueillis par Zoé Richer Delavau pour Food 2 Vous.

T.B.