Les femmes et la gastronomie

 Le milieu de la gastronomie a longtemps été considéré comme très masculin, voire macho…. Alors en ce jour célébrant les femmes et leurs droits nous avons décidé de faire un petit zoom sur le monde de la gastronomie et les femmes.

 

La montée en flèche du féminisme et l’appétence des français pour le bien manger, n’ont pu donner qu’un résultat : l’émergence du mouvement de féminisation de la cuisine. Terminés les clichés sur la place de la femme dans sa petite cuisine… Terminés les clichés sur le milieu de la gastronomie considéré comme misogyne… Enfin presque !

Incroyable mais vrai, jusqu’en 1975, il n’y avait pas de femmes dans les écoles hôtelières, elles apprenaient la cuisine en famille tandis que les hommes eux, apprenaient les techniques de cuisine à l’école et auprès de chefs dans des restaurants. Ce n’est bien évidemment plus le cas aujourd’hui, mais on remarque que les hommes sont toujours plus nombreux.

               

Source : Instagram, Amélie Darvas, Julia Sedefdjian & Naoëlle d’Hainaut

 

On dit trop souvent qu’il n’y a pas assez de femmes dans le domaine de la gastronomie, et pourtant elles sont bien là, c’est juste qu’on ne les voit pas. Alors en 2018, après la cérémonie de remise des étoiles du Guide Michelin, de nombreuses personnes se sont indignées de la très faible présence des femmes au palmarès. Suite à quoi Vérane Frédiani et Estérelle Payany ont lancé un appel sur les réseaux sociaux pour tenter de recenser les femmes cheffes en France.

Et c’est en février 2019, qu’elles ont sorti un guide présentant plus de 550 cheffes de France, en valorisant leur travail et leur parcours ! Un chiffre qui montre que les femmes cheffes sont bel et bien là.

Au même moment (un mois plus tôt), la cérémonie de remise des étoiles du célèbre Guide Michelin avait lieu. Et cette année, le Guide Michelin a mis les femmes à l’honneur, en récompensant une « proportion inédite de femmes ». Sur 68 nouveaux chefs promu, 10 femmes ont reçu leur première étoile (et là, on a un peu envie de rire, ou de pleurer on ne sait plus trop).

C’est tout de même une belle avancée, car le chiffre est bien supérieur aux années précédentes. Le Guide Michelin a des critères particuliers, et jugent les femmes avec les mêmes méthodes et la même exigence que les hommes. Mais le directeur monde du Guide, Gwendal Poullennec a conscience que les cheffes doivent être mises en avant, sans pour autant les avantager. Car on est tous d’accord, ce serait incohérent de créer des quotas et de donner une étoile à une cheffe par le simple fait qu’elle soit une femme.

On remarque aussi que le jury du célèbre classement World’s 50 Best Restaurants est maintenant composé à 50% de femmes. Et d’un autre côté, on voit que les femmes sont encore trop absentes des concours comme celui du meilleur ouvrier de France…

Quelques efforts sont faits ici et là, il y a de belles initiatives aussi, mais il faudra encore du temps pour changer entièrement les mentalités à ce sujet.

Pour en savoir un peu plus, filez écouter le podcast « Où sont les femmes cheffes ? » par ici.