All posts by geraldine

Les restaurants insolites

Passionnés de cuisine, aventuriers, grands voyageurs, cet article est pour vous. Partout dans le monde des restaurants insolites voient le jour. Nous avons fait une sélection pour que vous puissiez avoir les meilleurs points de chute lors de votre prochain tour du monde.

El Diablo, Canaries

On monte en voiture sur un coup de tête pour l’Espagne. Après avoir profité des paysages du pays et s’être goinfré de tapas, nous sommes prêts à prendre le ferry pour les Canaries. Nous arrivons sur l’île volcanique de Lanzarote qui détient l’un des restaurants les plus insolites du monde.
El Diablo est l’œuvre de l’artiste César Manrique et Eduardo Cacares, architecte. Ce restaurant est construit autour d’un puits d’où s’échappe la chaleur du volcan. Cette chaleur atteint entre 450 et 500 degrés ce qui transforme ce trou en véritable grill géant. Viandes, volailles et poissons sont proposés à la carte en version grillade, bien entendu, mais on y vient aussi pour admirer la vue époustouflante. On vous laisse juge.

          

 

source : @l.r.t.z.euskal.photo,

 

The rock, Zanzibar

Un avion vous attend, on vous emmène sur l’île de Zanzibar à l’ouest de l’océan Indien. Etes-vous prêts à vivre une expérience exceptionnelle ? Niché dans le lagon, on entrevoit de la plage une cabane perché sur un ilot. Lorsque la marée est basse on peut se rendre à pied dans ce bouiboui de pécheurs où l’on déguste du poisson et des fruits de mer tout juste sortis de l’eau.

        

Sources : @Amandine.cjsph @zanzibarselous @zanzibarunfforgettable

 

Restaurant Interno, San Diego

Grand voyage vers la Colombie, plus précisément à San Diego pour visiter cet établissement particulièrement insolite. En effet, la prison pour femme, Cartagena, a monter un restaurant gastronomique avec l’aide de la fondation Accion Interna, qui lutte pour la réinsertion des prisonniers. L’ensemble du personnel est composé de prisonnières qui travaillent dans le restaurant contre des remises de peines. Voilà une belle façon de goûter la nourriture colombienne tout en aidant à la réinsertion de ces femmes.

          

Sources : @restauranteinterno

 

Tree pod, Thaïlande

Notre tour du monde continue en Thaïlande où l’on prend de la hauteur. On vous donne rendez-vous au Tree Pod. Inspirées des nids d’oiseaux, les petites cabanes, ci-dessous, vous accueillerons pour un repas mémorable au milieu de la forêt de Koh Kood. Pour avoir la chance d’admirer la vue sur la mer encore faut-il vous laisser hisser jusqu’au sommet d’un arbre. Au menu, un repas gastronomique vous sera servi par des serveurs grimpeurs. Le moment s’annonce inoubliable.

Sources : six-two et @discoversoneva

 

Under, Norvège

Fin du voyage, nous retournons en Europe pour un dernier stop avant le sol français, la Norvège. A Lindesnes, le restaurant Under nous propose de redécouvrir le monde d’une autre façon, « à la fois au-dessus et au-dessous » selon Kjetil Traedal Thorsen, l’architecte du lieu.
Chaque soir, ce parallélépipède géant ouvre ses portes à 40 convives privilégiés qui auront la chance de déguster un repas gastronomique autour des produits de la mer en admirant une vue digne d’un film fantastique.
Le restaurant fonctionne comme un centre de recherche et accueille des équipes scientifiques pour mener des études sur la biologie et l’écologie marine.

Source : Under

 

Sources:
https://colombie-decouverte.com/el-interno-restaurant-prison/
https://www.grazia .com
https://iristrips.com/listing/treepod-dining/
https://thegoodlife.thegoodhub.com/2017/10/27/under-le-restaurant-sous-marin-de-snohetta-en-norvege/
https://www.geo.fr/voyage/under-le-premier-restaurant-sous-marin-deurope-ouvre-ses-portes-en-norvege-195056
photo : https://under.no/

Les Tendances Food 2017

Tendances food 2017: Qu’aura-t-on dans nos assiettes ?

L’année 2017 a déjà commencé sur les chapeaux de roue et chacun cherche encore à se convaincre qu’il tiendra ses bonnes résolutions… Se mettre au yoga, aller rendre davantage visite à la grand-mère, arrêter cette procrastination qui vous hante depuis des années, manger plus sainement. Pour cette dernière, l’équipe Food2vous s’est intéressée à ce que nous réserve cette nouvelle année. Alors, on va manger quoi ?

Une salade d’algues s’il-vous-plait !

food-2-vous-agence-communication-culinaire

L’algue marine ne servira plus uniquement à tenir vos makis en place ! Garnies de fibres, antioxydants et vitamines, elles deviendront un allié detox de taille ! Certaines d’entre elles n’en demeurent pas moins savoureuses. (Si si promis !) Elles font aussi le grand bonheur des végétariens comme source de protéine végétale .

 

Un apéro coloré

food-2-vous-agence-de-communication-restaurant

Donnez un coup de twist à vos apéros! 2017 sera l’année des chips de potiron grillé, de courgettes et de betteraves. On goutera même aux houmous, caviars et tapenades à base de légumes grillés.

 

La révélation de l’année : la choucroute !

food-2-vous-agence-communication-culinaire-paris

Parmi les grands retours des classiques français, la choucroute semble de plus en plus mise en avant par les foodistas sur les réseaux sociaux. Répertoriée par Pinterest dans le top 100 des tendances food pour l’année à venir, elle devient toute de suite un peu plus glamour !

 

Le buddha bowl fait son entrée 

food-2-vous-agence-communication

Après le smoothie bowl le poke bowl et l’açaï bowl, c’est au tour du buddha bowl de faire son entrée. Composé de protéines végétales, légumineuses et céréales, ce plat est devenu en quelques mois un véritable phénomène.

Déclinable à l’infini, ce plat totalement healthy séduira les foodistas souhaitant adopter une alimentation saine et détox. Légumes frais, patates douces, riz brun, sauce yahourt, graines de courge, radis… laissez place à votre imagination !
A découvrir par exemple chez Judy.

 

La pizza naan

food-2-vous-agence-communication-restauration

La cuisine fusion sera une nouvelle fois mise en lumière avec l’arrivée dans nos assiettes de la pizza naan. Et oui, depuis le burrito/sushi, on arrête plus les mélanges… étonnants !

 

Les empanadas, Olé !

food-2-vous-agence-communication-culinaire-bar-restaurant

Annulez vos vols pour Buenos Aires, l’Amérique du Sud s’invite à votre table dès ce début d’année. Ce petit chausson farci de viande, de pommes de terre ou encore de poisson en ravira plus d’un. Récemment on a même vu éclore une adresse dédiée à ces petits chaussons, c’est chez Patuco, rue de la Fontaine au Roi.

DINDON DE LA FARCE – sans dindon et sans farce

food2vous-blog

 

Et si Thanksgiving rimait avec Green ! Oubliez le bon goût grillé de la dinde et sa texture ni trop ferme, ni trop fondante sous votre fourchette. ENFIN PRESQUE ! Dans le futur, la viande n’est plus vraiment viande mais lui emprunte tous ses codes identitaires.

 

food2vous-blog_1

Oui, déguster un steak qui ressemble à un steak et a presque le goût d’un steak sans être un steak est la grande tendance alimentaire du moment. Que ce soit par éthique, santé ou prise de conscience écologique, de plus en plus de gourmets abandonnent la viande pour de nouvelles recettes protéinées. Porté par une brochette de stars et sportifs revendiquant fièrement leur végétarisme (même Jay-Z et Queen B sont de la partie), le consommateur se tourne aujourd’hui vers les « viandes végétales ».

 

Prenez du soja (beaucoup), un peu de légumes riches (lentilles, pois chiches…), des épices (pour le goût) du Tofu*, du seitan**, du quorn*** , du tempeh**** (si si bientôt ces noms étranges feront partie de votre vocabulaire quotidien) et de l’huile pour lier le tout. Et vous voilà en passe de déguster une « viande d’imitation » ou une « simili viande ».

Pour ceux qui seraient encore septiques, sachez que l’industrie agroalimentaire pense à tout et que cela ne s’arrête point là. Par quelques procédés moins bio et très techniques, les recettes se dotent de goût grillé et d’une mâche filandreuse. Certaines entreprises utilisent des machines qui mettent sous pression une pâte pour imiter les fibres de la viande.

 

food2vous-blog_3

Ok. Ok. Ça ne fait pas totalement rêver comme ça. La dinde de Thanksgiving est toujours bien présente dans vos têtes. Or, cette viande sans viande nécessite bien moins de ressources que la vraie viande avec viande. Selon Jaap Korteweg, fondateur d’un restaurant végétarien, un filet poulet crée à partir de graines « n’a besoin que de la moitié à un tiers de ce qui est nécessaire pour produire du vrai poulet (…) en terme d’utilisation d’un terrain, de la consommation d’eau, des graines et fèves dont se nourrissent normalement les poulets. Si on regarde la viande de bœuf, la différence est encore plus frappante : nous n’avons besoin que d’un septième » des ressources. Quand on sait qu’un français consomme en moyenne 87,8 kilos par an, soit 240 grammes par jour (alors que le Programme National Nutrition Santé recommande de manger entre 100 et 200 grammes de protéines animales par jour), on a envie de faire un effort non ?

Voilà ce que l’on appelle le Flexitarisme, soit alterner repas avec viande et repas sans viande afin de varier son alimentation et d’éviter l’abus de viande, trop riches en matières grasses.

 

Et si vous avez encore un petit creux, prenez donc un morceau de fauxmage. Et oui, là aussi l’apparence, le goût et la texture d’un fromage de chèvre ou de lait de vache peuvent être remplacés par des substituts qui nous viennent tout droit des végétariens : les laits végétaux (soja, amande, coco, noix, noisette, amande, sésame …).

 

Seul bémol à toute cette tendance « substitut », ces recettes, si elles limitent le gras, intègrent souvent beaucoup de sel et de sucre pour rehausser les saveurs (oui, quoi que l’on dise, le soja n’a pas de goût, c’est un fait). Ainsi, le seitan par exemple contient six fois plus de sel que la viande et contient peu de fibres.  Ces plats nécessitent donc souvent d’être accompagnés de sauces, elles aussi plus riches en sucre ou en sel. Enfin, le principal intéressé, le soja, n’est pas assez cultivé en France. Résultat, plus de la moitié du soja consommé dans l’Hexagone est importé du Brésil, du Canada ou du Paraguay qui le cultivent dans sa version OGM.

 

Alors, flex ou pas flex ?

*Tofu : lait extrait de fèves de soja qu’on a laissé cailler

** Seitan : pâte de farine de blé dont on a ôté l’amidon

*** Quorn : champignons fermentés mixé à du blanc d’œuf

**** Tempeh : soja fermenté avec des champignons

VIN : ce qu’il faut savoir pour bien boire !

Ca y est, les vendanges sont terminées, le bourru est bu, place au Beaujolais !

Chez Food2vous, chaque année, c’est toujours le même rituel : on a beau savoir que ce n’est pas la meilleure des boissons, la soirée est calée et nos verres sentent bon la banane !

vin-food2vous

 

Mais dans cet article on a décidé de vous dispenser du tralala à la Jean Pierre Pernot sur cette boisson mise en vente, chaque année, depuis 1951, dès la fin de sa vinification (oui, on vous en a placé une petite pour la culture). Ici, on a préféré vous donner les conseils de notre œnologue (un vrai) pour ne plus jamais ramener à un dîner une bouteille choisie au hasard au Franprix. ZOOM SUR DEUX REGIONS

1er tip : observez la capsule

Et oui, même chez votre « petit caviste » vous n’êtes pas à l’abri de choisir une bouteille issue d’une grosse maison vinicole industrielle. Si vous avez envie d’avoir un gage de qualité et de provenance, préférez les capsules précédées d’un R (récoltant) ou d’un E (exploitant). Cette indication relève que le vin a été produit et mis en bouteille par le domaine lui même.

capsule_1

À Bordeaux : sortez vos carnets

Côtés millésimes il y a d’abord les grands : 2000, 2005, 2009, 2010 et 2015. Si ces années ont été particulièrement réussies sur les deux rives bordelaises, elles sont souvent synonymes de prix élevés. Choisissez donc les seconds vins des châteaux. Des pépites bien gardées et bien moins onéreuses.

Et puis il y a les millésimes reconnus pour leur qualité : 2001, 2006, 2008, 2012 et 2014 qui révèlent ainsi souvent de belles surprises à des prix tout à fait abordables.

Si vous avez passé un cap (souvent proche de la trentaine) et souhaitez « commencer votre cave », choisissez les bordelaises de 2007 : un vin de garde de qualité et à bon prix.

Enfin, (et c’est surement l’information à retenir) délaissez le 2013. À Bordeaux cette année a été plus difficile que les autres et certains châteaux ont même décidé de ne pas commercialiser leur (premier) vin du millésime afin de ne pas proposer un vin moins qualitatif que les autres années. Les amateurs ont tranché et 2013 doit se faire évincer de tous bons dîners !

 

vin-agence-food2vous

Et en bourgogne :
Pinot noir pour les vins rouges, chardonnay pour les blancs… Si certaines années mythiques de Bourgogne le sont autant dans les deux couleurs (2009, 1990…), d’autres sont plus flatteuses à l’un plutôt qu’à l’autre. Pour évitez les impairs, nous vous livrons les meilleurs millésimes rouge ET blanc.
Si vous avez économisé pendant des semaines, il y a les millésimes exceptionnels, promis à une très longue garde : 2009, 2005, 1990, 1989
Si vous voulez ajouter une bouteille à votre nouvelle cave, il y a les millésimes réussis, de longue garde : 2002, 1999, 1995
Et si vous voulez seulement une jolie bouteille pour accompagner votre raclette, il y a les millésimes hétérogènes cachant quelques grandes réussites : 2008, 2007, 2001, 2000, 1998

Voilà. Sinon l’abus d’alcool est dangereux pour la santé et est à consommer avec modération. Et amour.

BON PLAN / BONNE TABLE

Les palaces, les restaurants gastronomiques et leurs grands chefs, vous ne connaissez qu’à travers les épisodes de Top Chef saison x que vous avez regardés en cachette ? Il est temps que vous puissiez mettre des étoiles dans les yeux de vos amis gourmets.

Food2vous vous propose une première sélection de Bon Plan / Bonne Table soit les adresses de grands à (plus) petits prix.

Le Meurice** avec Alain Ducasse … Ca fait rêver… au déjeuner :
Entrée et plat ou plat et dessert 85€

Le Grand Restaurant**  de Jean-François Piège entre midi et deux : 85€

Ou presque pareil mais pour un déjeuner presque étoilé, toujours avec Jean-François Piège : Clover 35€

le-grand-restaurant-food2vous

La dame de Pic*, le restaurant presque éponyme d’Anne-Sophie Pic … pour un avant-goût de Valence : Menu Déjeuner 59€

L’Arôme*, entre décontraction et élégance pour un déjeuner à 59€

Saturne* de Sven Chartier est  le coup de cœur de l’agence :
Entrée/plat/dessert – 45€ pour le déjeuner

Les Orchidées au Park Hyatt Paris Vendôme…la petite sœur du Pur, la grande table de l’hôtel : 55€ la formule déj.

Cristal Room Baccarat la table de grand charme griffée Philippe Starck et signée par le chef étoilé Guy Martin : 56€ Entrée – plat ou Plat – dessert

L’Oiseau Blanc au Peninsula Paris table panoramique au dernier étage du chic hôtel : 57€ la formule entre midi et deux.

oiseau-blanc-food2vous

Et pour finir, on vous glisse un nom que vous devriez connaître, juste pour passer de la théorie à la pratique : Hélène Darroze*, 58€ pour le déjeuner, avant votre prochain weekend à London et votre passage au Connaught.

helene-darroze-food2vous

Manger et parler manger !

Les 5 choses à goûter avant vos amis pour les épater pendant la fameuse discussion « nourriture » du dîner !

Il paraît qu’il n’y a pas plus français : parler de bons petits plats pendant que l’on en déguste justement un ! Et oui, bien loin devant la politique ou les résultats scolaires du petit Kevin, les français aiment, durant le repas, aborder le sujet de leurs expériences culinaires passées, présentes, et futures.

Alors, entre l’explication de la recette de votre hôte et les « en tout cas, c’est très bon », voici une liste de plats et autres ingrédients à goûter qui feront de vous la reine/le roi de la soirée.

Le Poke (à prononcer Poh-kai, qui veut dire « dés »)
Aloha ! Tout droit venu de Hawaï, le Poke est le petit cousin éloigné du (has been) sushi et de l’exotique ceviche. Recette à base de poisson cru mariné avec graines de sésame, de soja et du piment, le Poke s’accompagne de tout un tas d’aliments dits healthy comme du riz collant, du quinoa, de l’avocat, du chou kale, des courgettes, de la laitue de mer, de la coriandre, des tomates fraîches, des pousses de soja etc.

Le Mochi
Le mochi (餅) est une préparation japonaise à base de riz gluant qui s’apparente à une grosse boule de tapioca (mais si on s’arrêtait là, vous ne surprendriez personne). Obtenu par pétrissage de riz gluant cuit, le mochi est une pâte souple et légèrement collante qui se déguste fourrée avec de la purée de haricots, rouges ou blancs nommée azukis au goût surprenant de crème de marron. Arigatou gozaimasu le japon !

mochi-rice-cake

Le Shiso
Restons encore du côté du pays du Soleil Levant avec la feuille de Shiso, nom japonais de l’herbe aromatique Perilla frutescens, faisant partie de la même famille que la menthe. Verte ou pourpre, elle cache un goût à la fois herbacé et acidulé accompagnant à la perfection sashimis et autres plats de nouilles asiatiques.

L’açaï
Oubliez les smoothies aux fruits ordinaires et prenez une cuillère. Derrière le nom « açaï », se cache une petite baie de palmier venant tout droit d’Amérique du sud dont certains lui trouvent un goût plutôt acide et d’autres celui d’un chocolat amer. Côté recette, cette dernière se déguste mixée, en smoothie épais recouvert de fruits frais, de graines ou encore de muesli.

Le turmeric latte
Ce doux breuvage à base de lait végétal et de pâte de curcuma s’inspire d’une recette ayurvédique vieille de plus de 5 000 ans. Aujourd’hui star des réseaux sociaux, ce « lait d’or » attirent les (curieux) gourmands pour ses puissantes propriétés anti-oxydantes.  Et oui, sachez que ce le curcuma associé à du poivre noir (trois cuillères à café tout de même) est un véritable ingrédient « miracle » : il détoxifie le foie, régule la satiété et préserve les défenses naturelles du corps. (Par contre, ça, on vous laisse goûter tout seul).

m-parkestudio_golden_immunity_latte_fixed-828x492

Photo: Melissa Rousseau

Voilà. Voilà.

 

C.R

Rentrée gourmande !

OK, c’est bon, pas besoin de nous rappeler que l’été est terminé. On l’a compris cette semaine avec les présentations presse des bûches de noël des grands chefs (oui oui, c’est un monde prévoyant) ! Alors, pour accepter un peu mieux la rentrée, à l’agence, on a dressé le calendrier de tous les évènements gourmands à venir. Et ça commence maintenant !

Du 10 au 25 septembre :  Les Semaines du Mangeons Local en Ile-de-France
Si aujourd’hui la plupart des restaurateurs sont conscients de l’intérêt des circuits courts, il en est encore trop peu de nous. Pendant près de deux semaines, agriculteurs, artisans, restaurants s’entendent à mettre à l’honneur la gastronomie francilienne. De l’assiette aux étals des marchés tout sera estampillé Ile-de-France afin de faire découvrir les produits et le savoir-faire des acteurs locaux.
#food2vouslocavore

food2vous-communication-culinaire

 

Du 19 septembre au dimanche 2 octobre : Tous au restaurant
« Votre invité est notre invité » mais quelle belle idée ! Pour sa septième édition, Tous au restaurant invite les amoureux de la gastronomie à découvrir ou redécouvrir les belles tables de France. Depuis sa création, cette opération séduction à l’initiative du Chef Alain Ducasse, a pour but de donner envie au plus grand nombre de pousser la porte de tables étoilées, des bistrots contemporains, des brasseries animées ou autres cuisines du terroir.

Et cette année, une petite nouveauté est réservée aux chanceux parisiens avec la création de 3 restaurants éphémères sur 3 rooftops : le Perchoir au BHV Marais, la terrasse principale de la Fondation Louis Vuitton et le Perchoir Ménilmontant dans le 11ème.
Réservation à partir du lundi 12 septembre 2016 à 10 heures uniquement sur le site !

Du 23 au dimanche 25 septembre : La Fête de la Gastronomie
Célébrée partout en France, La Fête de la Gastronomie revient pour la 6ème année consécutive. Et pour Food2Vous, c’est un peu comme la fête nationale. Cette année, ateliers, dîners, marchés et rencontres avec les producteurs mettront à l’honneur le repas gastronomique français ! Pour connaitre tout ce qui se mitonne près de chez vous direction le site internet dédié à l’événement.

Du 23 au lundi 26 septembre : La Cocktail Street
Et comme Paris en fait toujours un peu plus, dès le 23 septembre c’est aussi La Cocktail Street organisée en off du Whisky Live Paris en partenariat avec le Food Market. Dans une rue éphémère au bord de l’eau, nichée sur les Docks de la Cité de la Mode et du Design à Paris, les amateurs de mixologie et de la cuisine de rue seront certains d’être comblés. Plus d’informations sur le Whisky Live Paris

À partir du 23 septembre : Je déj, je donne.
Le 23 est définitivement un jour à noter dans son agenda ! L’opération Je Déj, Je donne lancée par Action contre la Faim, revient pour sa huitième édition. L’idée est toujours la même : récolter les tickets restaurants de votre pause déjeuner afin d’aider les enfants victimes de malnutrition dans le monde. Pour son lancement, à Paris, le célèbre Camion qui fume (l’un des restaurants partenaires) proposera quatre recettes spéciales réalisées par Kristine Frederick (fondatrice) et trois chefs de renom : Thierry Marx, Christophe Michalak et Julie Andrieu, marraine de l’opération.
Au menu, trois burgers, un dessert : un « Chickpea cheepie » burger végétarien (Julie Andrieu), un burger à la banane plantain aux saveurs exotiques (Kristin Frederik), un rice chili burger au poisson (Thierry Marx) et une crème caramel aux cacahuètes (Christophe Michalak).

De quoi « joindre l’utile l’agréable » et faire 2 « bonnes actions » : aider et se régaler !

24 septembre 2016 : « Plats de Résistance »
Après « Cook it cool ! – Violences en cuisine » en novembre 2014 et « Tous au bistrot », le 17 novembre 2015, Le Fooding s’engage à nouveau en créant l’événement « Plats de Résistance » avec S.Pellegrino. Les chefs engagés, français et internationaux, venus des quatre coins du monde, se retrouveront à l’occasion d’un grand banquet festif ayant pour mission de récréer le « lien social » de la cuisine. Lutte contre le gaspillage alimentaire, soutien aux plus démunis ou à la réinsertion sociale des immigrés, les grands engagements des chefs seront tous sur la table.
Entrée : 40 € (hors frais de billetterie) dont 5 € sont reversés à SOS MEDITERRANÉE, association civile et européenne de sauvetage qui porte assistance aux personnes en détresse en mer Méditerranée.

food2vous-communication-culinaire2

Du 14 au 23 octobre 2016 : « Chefs de Gare »
Pendant près de 10 jours, partout en France, 19 gares célèbreront la gastronomie. Huit chefs – étoiles montantes de la gastronomie – sillonneront 8 gares au cours d’un roadshow et proposeront gratuitement des démonstrations culinaires, ateliers ou encore des dégustations à tous les voyageurs et habitants gourmands. Une centaine de producteurs locaux feront en parallèle découvrir leurs produits à travers des dégustations thématiques autour du chocolat, des confitures, pâtisseries, fromages ou encore de la salaison.

Et pour la petite info, dans l’info, Thierry Marx, parrain de cette 4ème édition, ouvrira à la fin de l’année 2016 une brasserie au sein de la gare du Nord !

Bonnes dégustations !

 

Le jour où la Terre nous dit Stop !

food 2 vous blog

Depuis lundi, notre cœur fait des bonds ! Si notre engagement contre le gâchis alimentaire et pour la consommation raisonnée de produits de saison n’est pas une nouveauté, il semblerait que cela ne soit pas assez…Depuis lundi, la Terre vit à crédit !

En effet, en l’espace de sept mois et demi, l’humanité a utilisé toutes les ressources naturelles renouvelables de la planète dans l’année. C’est ce qu’on appelle l’overshoot day, soit « le jour du dépassement« .

Derrière ce mot qui fait peur, une ONG, Global Footprint, tente de nous réveiller. Selon ses calculs, qui se basent sur l’empreinte écologique (émission de carbone, exploitation des forets, zones bâties, pêche, cultures, pâtures), nous avons épuisé le budget environnemental de la planète. Chaque année, l’overshoot day (passé du mois de décembre au mois d’août en quarante ans) indique le moment où la demande exercée par les êtres humains sur la nature dépasse la capacité de cette dernière à régénérer ses ressources et à absorber nos déchets.

Depuis le 8 août dernier donc, notre consommation entraîne une sorte de déficit croissant, qui puise dans les stocks de ressources naturelles et augmente l’accumulation de CO2 dans l’atmosphère. Ainsi, aujourd’hui il faut environ 1,6 terres pour supporter notre train de vie !

agence food 2 vous blog

 

Pour Global Footprint « le coût de cette surconsommation est déjà visible avec des pénuries d’eau, la désertification, l’érosion des sols, la chute de la productivité agricole, des stocks de poissons, la déforestation et la disparition des espèces ».

Alors, chez Food2vous on aimerait pouvoir agir à notre petit niveau de mordus de la bonne bouffe !  Selon Arnaud Gauffier, responsable agriculture et alimentation chez WWF France, “pour réduire [notre] empreinte écologique liée à l’alimentation, [nous pouvons] diminuer [notre] consommation de viande et privilégier les produits certifiés Bio, MSC*ou FSC* par exemple ! »

*labels de pêche durable et de préservation des forêts

Bon, on vous avoue, abonner le tartare de bœuf de l’été, le poulet rôti du dimanche ou le porc mijoté de notre Bo-Bun avalé entre deux rendez-vous, ce n’est pas ce qui nous tente le plus. Mais réduire ne veut pas dire supprimer. C’est en ce sens que nous nous sommes engagés à trouver des alternatives à ces repas avec #pledgefortheplanet et son défi n°1 : to host a vegetarian dinner party ! Et finalement, en plus de faire du bien à la planète, c’est une bonne excuse en plus pour se retrouver autour d’une table (et d’une bonne bouteille) 🙂 https://www.overshootday.org/portfolio/host-a-vegetarian-dinner-party/

Pour tout comprendre : https://youtu.be/f-cq3czfD5s

À vos marques, prêts, mangez !

J – 4 : 306 épreuves, 206 pays, 37 arènes. Oui, les Jeux Olympiques commencent vendredi. Mais, rassurez-vous, notre analyse s’arrêtera ici. Nous, ce que l’on préfère, c’est savoir ce que nos athlètes vont déguster.

Sans titre

Il est vrai que nos connaissances de la cuisine brésilienne s’arrêtent au niveau de notre verre de Caïpirinha ! Pourtant, ce beau pays de près de 15 fois la France offre une cuisine plus que séduisante grâce aux influences de ses régions et leurs histoires migratoires (portugaises, italiennes (si, si !), argentines, africaines ou même indiennes du côté de l’Amazonie). En tout cas, nous, on a fait notre menu spécial JO.

Petit déjeuner de champion : Le Pao de Queijo.
Accompagné d’un café noir et d’un fruit tropical, ce petit pain rond au fromage « meia cura » (moyennement affiné) est incontournable pour se lever du bon pied.

Pause vitaminée : Le jus d’Açaí.
Petite baie aujourd’hui mondialement connue, est considérée comme un remède aux maux de tous les jours.  Notre préférence va pour le jus vendu à la plage sous forme de sorbet, mélangé à de la banane, à du sirop de guarana et des céréales.

Midi copieux : La Feijoada.
Plat référence du Brésil similaire au ragoût et cousine de notre cassoulet, la feijoada est un plat typiquement portugais qui se compose de haricots noirs, de bœuf et de porc servis avec du riz et des quartiers d’oranges.

Petit creux : Le Cuscus. (Juste parce que l’on adore le nom)
Oubliez ce que vous connaissez du couscous traditionnel, ici c’est un gâteau de semoule de maïs, fourré aux crevettes et aux sardines, avec des morceaux de légumes.

Pour oublier la compétition : La batida de coco.
Cette boisson qui sent bon le soleil est un savoureux mélange de cachaça, de lait de coco et de lait concentré sucré. « Saúde! » comme on dit au Brésil!

Diner (plus) léger : La Vatapá.
Place au poisson et crustacés baignés dans une pâte crémeuse à base de mie de pain ou de farine de blé, le tout assaisonné de lait de coco, gingembre, noix de cajou et épices.

Et farandole de desserts : (parce que choisir c’est renoncer)
– Pudim : petits flans laiteux et sucrés.
– Pé de Moleque : une sucrerie à base de cacahuètes et de caramel, petit sœur de notre nougatine.
– Romeo e Julieta : pâte de goyave qui se déguste avec du fromage.
– Quindim : similaire à notre crème anglaise nationale, ce dessert se compose de sucre, de jaunes d’œufs et de noix de coco râpée.

Voilà, une fois que vous aurez goûté à tout ça, vous serez vous aussi une sorte d’athlète olympique !

Chloé.R

Fichier, enregistrer, imprimer…déguster

article food2vous

Ce qui vous semble aujourd’hui qu’un jeu de mots, ne sera bientôt qu’une étape en plus dans votre journée de boulot. Et oui, bientôt, nous mangerons des plats cuisinés imprimés !

Si plusieurs grandes entreprises travaillent en secret sur le sujet depuis quelques années, du 25 au 27 juillet Londres accueillera le premier restaurant au menu 3D. Ici, l’imprimante aura donc sa place en cuisine à l’instar des robots, mixeurs, cuillères et autres casseroles. Les quelques gastronomes invités seront ainsi amenés à déguster une série de neufs préparations imprimées par une brigade exceptionnelle constituée de chefs, artistes et techniciens.

Ces derniers réaliseront des plats minutes à partir de recettes imprimées sous forme de couches successives, telles que du houmous, des pâtes à pizza, à raviolis ou même de mousse au chocolat, jouant principalement sur la possibilité de créer des formes originales et ludiques. Les chefs seront ensuite en charge de les agrémenter d’aliments cuisinés traditionnels pour offrir une assiette belle et bonne.

L’expérience, qui veut d’avantage donner à réfléchir sur l’avenir de notre alimentation, sera retransmise lors de chacun des dîners sur Foodink.io afin de sensibiliser le plus grand nombre à une pratique qui ne fait pas encore rêver. Et pourtant !

À en regarder la Nasa qui, depuis plus de deux ans, travaille à la création d’une imprimante capable de fabriquer de la nourriture dans l’espace, à partir de poudres alimentaires et de protéines, le futur réfrigérateur des près de 10 milliards d’estomacs que nous sommes est peut être dans notre ordinateur. Aujourd’hui par exemple, un astronaute peut imprimer sa propre pizza et couvrir l’ensemble de ses besoins journaliers. Plus artistique mais non moins prometteur, la jeune food designer Chloé Rutzerveld vient de mettre au point une technique qui permet d’imprimer une structure comestible constituée d’un petit écosystème naturel sous forme de graines (sésame etc.) qui grandissent et se développent sous 3 à 5 jours. Le résultat, une sorte de biscuit graphique percé de trous desquels surgissent les champignons et un nouveau mot : l’Edible Growth

article food2vous 2

Mais en attendant la révolution, dans le quartier londonien de Shoreditch, il est fort à parier que ce menu 3D fera forte impression ! (oui, on a osé !)

Découvrir le concept de Food Ink.ici 

*Et psiit : Les fondateurs du pop-up comptent faire voyager leur concept dans le monde entier, au cours des prochains mois : Berlin, Dubai, Séoul, Rome, Tel-Aviv, Barcelone, Paris, Amsterdam, Toronto, New York, Taipei, Las Vegas, Sao Paolo, Tokyo, Austin, Singapour Los Angeles, Cape Town, Sydney et Reykjavik.

Chloé.R